/
Do you eat french ?

Do you eat french ?

Categories : Communauté | Cuisine
Charmante femme sénior avec son livre de recettes dans sa cuisine
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Rien de mieux pour partager la culture de son pays que de parler à l’estomac de nos nouveaux amis du bout du monde. Si vous êtes expatrié français, ce ne sera d’ailleurs pas juste un exercice, mais presque une obligation.

Introduction

Le Français, typiquement, est perçu dans le monde comme un gouailleur et un mangeur. Pour la Patrie, pour le rayonnement de la France à l’étranger, devenez le temps d’un repas un ambassadeur de votre pays.

Assumez sans honte les recettes vieillottes de Raymond Oliver

Illustration d'un Chef cuisinier français

On vous le dit tout de suite : oubliez les recettes des nouvelles émissions de télévision à la mode et les recettes branchées. Pensez plutôt « cuisine de mamie le dimanche en famille ». Fouillez dans votre bibliothèque, un livre de recettes des années 1960 de Raymond Oliver, annoté à la main par mémé Jacquotte sera votre plus fidèle allié.

En France, vous auriez honte de servir ces plats ringards à vos invités. Mais, en réalité, ce sont aussi vos préférés, ils ont le goût de l’enfance et de la nostalgie.

Votre mission d’ambassadeur n’est pas d’épater la galerie, votre mission est de partager ce moment qui depuis des générations, unit les familles de France autour d’une table, de « cuisiner avec amour » !

Pour le choix des mets, allez-y mollo. N’allez pas traumatiser tout de suite les autochtones : remettez donc la cervelle ou les ris de veau au chapitre suivant, pour les plus téméraires.

Lire : On va déguster : la France / Let’s eat France!

Un vrai menu à la française

Pour servir à vos invités un repas à la française le plan de bataille est le suivant :

  1. Apéritif,
  2. Entrée,
  3. Plat de poisson ou de viande accompagné de légumes,
  4. Fromage et salade
  5. et enfin le Dessert.

Les puristes souligneront l’importance du café et de son acolyte, le « pousse-café », c’est-à-dire le digestif. Il vous faudra également vous munir de pain, idéalement baguette, indissociable d’un vrai repas français.

Jeune femme blonde qui savoure un verre de vin rouge

Le choix de l’apéritif dépendra des usages de consommation d’alcool locaux. Les anglo-saxons apprécient le vin en apéritif, c’est le moment de leur montrer votre cave. Quelques amuse-gueules sont les bienvenus, qui seront l’occasion de faire découvrir fromages et charcuteries en portions bouchées.

Vient ensuite le repas à proprement parler. En France, on dispose les plats au centre de la table et l’hôte sert son invité, généreusement, faisant fi de ses gesticulations à refuser une trop grosse portion. C’est notre côté méditerranéen. Pensez aspics, œufs mimosa ou œufs mayo, poireaux vinaigrette, cornets de jambon à la macédoine, croûte aux champignons, pâté en croûte… Si vous comptiez caser le foie gras, c’est le moment ou jamais.

Une cassolette de boeuf bourguignon avec tranches de pain

Plat de résistance : gigot d’agneau et « fayots » (flageolets), rôti de veau et pommes dauphine, bœuf bourguignon, blanquette de veau, pot-au-feu, bœuf carottes, poule au pot, tomates farcies, endives au jambon…

En poisson le saumon à l’oseille, les coquilles Saint-Jacques, la sole meunière, la raie au beurre noir ou la bouillabaisse devraient faire l’affaire.

Plateau de fromages français avec verres de vin et raisins

Pourquoi ne pas tenter un repas tout-fromage ? Fondue savoyarde, raclette… Le moment du fromage qui, d’ailleurs, peut présenter un écueil. Pour certains fromages français, disons-le clairement, on est prêts ou on ne l’est pas (Roquefort, Maroilles, Munster…). Parmi les valeurs sûres on a le camembert, le crottin de Chavignol, l’époisses, le Brie de Meaux, le Comté… Si vous êtes Corse, renoncez au brocciu, ils ne le laisseront jamais passer la frontière. Et on n’oublie pas la salade verte et ses quelques noix de Grenoble.

S’il vous reste de la place, le moment du dessert est arrivé. Nul besoin de vous lancer dans des recettes compliquées. La pâtisserie est une affaire de pros : un Saint-Honoré, un Paris-Brest, un Kouign Aman, une charlotte, un fraisier ou un vacherin. Mais si vous tenez absolument à faire un dessert maison, repliez-vous sur la poire belle Hélène, la tarte à la rhubarbe ou Tatin, une mousse au chocolat ou une île flottante.

Verre et bouteille de cognac - Digestif

Le digestif enfin clôturera ce repas. Armagnac, Cognac ou Calvados, poire et prune, mirabelle, sont traditionnels, mais un café ou une tisane pourront les remplacer sans souci.

Enfin, si vous êtes dans un pays de langue étrangère, vos convives seront ravis de le placer et c’est le moment ou jamais : « Bon Appétit ! »

Le Musée des horreurs de la cuisine française

Fromage Brocciu de Corse

À bannir absolument si vous ne voulez pas être reconduit prestement à la frontière et donner des cauchemars à vos invités. Nous, on le sait que c’est très bon !

  • Les gluants : escargots, cuisses de grenouilles, anguilles, friture, huîtres, oursins, bulots…
  • La triperie : rognons, cervelle, langue, ris de veau, foie de veau, andouillettes, fromage de tête, oreilles de cochons, boudin, pieds de cochon, gencives de porc…
  • Les mignons : lapin, cheval, cailles, pigeon…
  • Les mauvaises herbes : soupe aux orties, pissenlit, salsifis, côtes de bettes, cardons…
  • Les puants qui avancent tout seuls : le Brocciu !

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top