/
Interview Expat Pro : Laurène, votre guide francophone à New York

Interview Expat Pro : Laurène, votre guide francophone à New York

Laurène Hamilton, guide touristique française à New York (USA)
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Laurène, expatriée française et fondatrice de New York Privé, vous propose des visites guidées sous le signe de la convivialité, pour découvrir la “grosse pomme” de l’intérieur, comme si vous y viviez.

Envie de sortir des sentiers battus et du tourisme de masse ? En groupe, en couple ou bien encore entre amis, Laurène et ses collaborateurs adaptent les visites suivant vos envies. L’équipe est incollable sur l’histoire de New York, son architecture, sa culture, ses quartiers mythiques, sa gastronomie et connaît de nombreuses anecdotes. A la fois passionnée par son métier de guide touristique et par sa ville d’adoption, Laurène n’est jamais à court d’idées pour rendre l’expérience new-yorkaise de ses visiteurs inoubliable ! French Radar a rencontré Laurène pour en apprendre davantage sur son métier de guide touristique à New York et sur sa vie d’expatriée française aux Etats-Unis. Prêt pour la visite privée ?

Photo de Laurène Hamilton dans un parc à New York (USA)Pour les lecteurs de French Radar qui ne vous connaissent pas, qui êtes-vous et quel est votre parcours ?

Je m’appelle Laurène. Je suis originaire de Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines en région parisienne. Je suis guide touristique licenciée de la ville de New York City. Je propose des visites découvertes de la ville pour des touristes francophones essentiellement.

L’expatriation est une expérience que vous maîtrisez puisque vous avez déjà vécu dans de nombreux pays : Pays-bas, Espagne, Suisse et désormais Amérique. Pourquoi ce dernier choix de destination ?

Mon fiancé a eu une opportunité à New York. J’ai eu la chance de pouvoir me faire muter par mon entreprise de l’époque qui m’a ensuite sponsorisée pour obtenir la carte verte. J’aime la vie d’expatriée. Pour moi l’expatriation est synonyme de découverte de soi et des autres. C’est une expérience humaine qui vous enrichie. Elle vous permet de comprendre votre différence et de la cultiver (les bons côtés, pas les défauts !). En même temps l’expatriation vous amène à trouver ce qui vous relie aux autres.

Est-ce que ce nouveau projet de vie a été facile à mettre en place ?

Beaucoup, beaucoup de formalités administratives. Mon fiancé est parti aux Etats-Unis 6 mois avant moi. Je devais finir ma saison d’audit en Suisse avant de partir. A l’époque nous étions juste locataires à Lausanne, sans enfants. Donc ce projet a nécessité du temps et de l’organisation, mais c’est tout. En fait, une fois que la question des visas est réglée, je considère que le reste est gérable. Je n’oublierai jamais ma première année à NYC : MAGIQUE !

“C’est comme cela aussi que j’ai compris New York : en parlant avec ses habitants.”

Vous êtes la fondatrice de New York Privé – Pouvez-vous nous présenter le concept et comment vous est venue l’idée ?

Après avoir obtenu ma carte verte, j’ai beaucoup réfléchi à mon parcours professionnel. Je venais d’avoir mon premier enfant et cela faisait plus de 4 ans que je travaillais en entreprise. Je passais beaucoup de temps en bureau, pas toujours proche d’une fenêtre… Je profitais de mes week-ends pour explorer les différents quartiers de New York. J’épluchais le New York Times pour comprendre cette ville si polymorphe. Comme je suis bilingue, je prenais toutes les occasions pour échanger un mot avec une personne croisée dans un coffee shop ou à côté de moi dans le métro. C’est comme cela aussi que j’ai compris New York : en parlant avec ses habitants.

Le concept de New York Privé s’articule autour de  ” l’expérience ” pour rendre la ville plus accessible à mes clients. Chaque personne avec qui je travaille veut vivre une expérience unique. Le concept de base c’est le choix entre une visite de quartier ou bien un atelier (Yoga/ cuisine / streetart) avec une pause café et une petite séance photo. Nous proposons donc des activités et des ballades que j’adapte en fonction des goûts / besoins de mes clients. Par exemple cette semaine, je fais une visite du Lower Manhattan en mettant plus l’accent sur l’architecture que sur d’autres aspects, car mes clients sont fans d’architecture.

Route à Brooklyn avec One World Trade Center en fond.
Rue de New York City (USA)

Pourquoi un touriste, ou bien un expatrié, devrait choisir une visite guidée avec New York Privé – Qu’est-ce qui vous vous différencie avec vos concurrents ?

J’ai un concept assez original car j’inclue toujours une séance photo portrait lors de la visite. C’est lié au côté humain que j’ai envie de développer. On partage ensemble 3h ou plus (parfois je ne compte même pas le temps tellement le courant passe bien). Mon but est d’éveiller, de susciter de l’intérêt sur un quartier et de créer un échange. Il y a beaucoup de sociologie dans mon métier. Parfois on me contacte pour un programme personnalisé. Je pense que c’est ce qui fait ma différence. Quand mes clients s’adressent à New York Privé, il n’ont qu’un seul interlocuteur du début à la fin. Ils n’ont pas une personne pour la réservation, puis un guide interchangeable, et encore une autre personne pour le suivi. C’est le côté personnalisé qui m’attire et plaît aussi.

Quelle est votre vision du tourisme actuellement à New York ?

La multitude d’options. Il n’y a qu’à aller sur les forums de voyages relatifs à New York. Il y a tellement d’options que parfois, je pense que les touristes se noient. Ils ont besoin d’un interlocuteur référent, en qui ils ont confiance. C’est une industrie très compétitive avec beaucoup de business models différents. C’est une industrie à l’image de la ville : vous trouvez de tout. Elle évolue constamment.

Un bon guide est un bon “story teller”

Laurène Hamilton, guide touristique, lors d'une visite guidée à New YorkSelon vous, quelle qualité principale doit avoir le guide touristique ?

Un bon guide est un bon “story teller”. Il ne s’agit pas de savoir que le pont de Brooklyn a été construit en 1883. Il faut savoir raconter les tragédies qui ont tissé sa construction.Il vous fait voyager dans le temps et vous fait découvrir votre environnement sous un autre angle. C’est la manière dont il assemble ses connaissances entrecoupées d’anecdotes qui vous fera passer 3 heures en un battement de cil.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier de guide ?

Les rencontres. La rencontre avec mes clients qui ont toujours une perspective intéressante sur laquelle je rebondis lors de nos échanges. Et la rencontre avec les New-Yorkais. Combien de fois il m’est arrivée d’échanger avec une personne rencontrée au hasard qui avait une anecdote à nous raconter sur son quartier. Comme ce fils d’immigré italien qui nous parlait de son père travaillant dans des chantiers sur Red Hook, ou encore ce producteur de TV Show américain nous racontant ses anecdotes. Ce sont des discussions, que mes clients n’auraient pas forcément eu sans moi. J’adore créer ces moments !

Vue panoramique sur Manhattan de Brooklyn (USA)
Vue panoramique de Mannhattan – New York City (USA)

New York regorge de quartiers insolites et de curiosités, quels sont vos 3 lieux coups de cœur ?

Un quartier souvent oublié des touristes : Le Lower East Side. C’est un de mes quartiers préférés. J’aime le mix de gens que je vois là-bas. Les meilleurs bagels au saumon fumé sont chez Russ and daughters. Et désormais l’enseigne a ouvert un café où l’on peut s’asseoir pour les déguster ! Dans ce même quartier se trouve une ancienne prison convertie en école. D’en bas on voit un rooftop avec des grilles. Peu de gens le savent, mais on peut réserver une visite guidée pour observer des créations de graffiti (#Rooftoplegends). Et enfin un must que je conseille à tous mes clients en visite à New York l’été, c’est le cinéma en plein air organisé par New York Film Green. C’est gratuit et c’est une merveilleuse occasion de passer un moment convivial entourés de new-yorkais. Il ne faut pas avoir peur de leur parler ! Ils adorent l’accent français.

Laurène Hamilton, guide touristique, lors d'une visite guidée à New YorkLors des visites que vous réalisez, qu’est-ce qui surprend le plus les touristes francophones ?

Ce qui revient souvent, c’est la question des poubelles qui s’étalent souvent le long des trottoirs. Cela s’explique malheureusement par le décalage entre les services d’éboueurs et les besoins d’une ville qui consomme beaucoup à l’emporter. Le deuxième sujet qui revient souvent est le prix de l’immobilier. Les touristes francophones sont (à juste titre) ébahis par le coût du logement sur Manhattan. J’essaie toujours de nuancer leur analyse en ramenant ces prix au revenu moyen des foyers en fonction des boroughs. Même les américains vivant en dehors de NYC sont ébahis par le coût de la vie dans la “grosse pomme”.

Lors de votre réservation, n’hésitez pas à mentionner French Radar !

Une anecdote à propos des débuts de cette nouvelle activité ?

J’ai crée ma structure juridique quelques mois après la naissance de mon deuxième enfant. Au début je n’avais pas de babysitter, et il m’est arrivée de faire une visite test avec mon bébé de 1 mois et demi. Je me suis demandée si ce n’était pas la plus jeune touriste de New York City ce jour là !

Vue de la fontaine à Central Park de New York City (USA)
Vue aérienne de Central Park à New York (USA)

Pour terminer notre interview, quelle est votre actualité et comment imaginez-vous New York Privé dans 5 ans ?

Je travaille en ce moment sur un tour à Red Hook, un quartier Vintage, encore brut comme je les aime à Brooklyn. Je travaille aussi sur une visite “pomme verte” pour faire découvrir toutes les initiatives intelligentes et éco-responsables qui existent. C’est vraiment inspirant et j’ai envie de promouvoir ces entreprises qui sont souvent à but non lucratif, et qui contribuent à faire changer les mentalités.

L’humain est au coeur de mon travail. Je pense que dans 5 ans, j’aurai rencontré encore beaucoup de personnes exceptionnelles à New York City qui continueront à m’inspirer pour créer des activités, notamment pour les familles. Pourquoi pas à terme en fonction des besoins, m’associer à des guides spécialisés sur un domaine que je ne couvre pas. On verra. Comme on dit ce qui compte c’est le chemin parcouru.


Contact

Web : newyorkprive.com
Facebook : New York Privé
Instagram : New York Privé


Articles Récents

Scroll to Top