/
Interview Expat : Audrey à Vancouver (Canada)

Interview Expat : Audrey à Vancouver (Canada)

Audrey, expatriée française à Vancouver au Canada
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

C’est principalement pour assouvir une grande envie d’indépendance et d’aventure, qu’Audrey a décidé de quitter la région rouennaise pour s’expatrier sur la côte Ouest du Canada

// Introduction

Après avoir vécu dans un premier temps trois années à Edmonton (Alberta), c’est désormais dans la splendide ville de Vancouver (Colombie Britannique) qu’Audrey continue son rêve d’enfant de vivre à l’étranger. Totalement épanouie, intégrée et toujours aussi friande de nouvelles cultures, elle profite de chaque instant et ne regrette pas ses choix. C’est sans aucun doute ce qu’on appelle une expatriation réussie, et ça fait plaisir ! Rencontre.

// PRESENTATION

  • Prénom : Audrey
  • Age : 29 ans
  • Situation familiale : Célibataire
  • Profession : Paysagiste concepteur
  • Pays et Ville d’origine : France > Rouen
  • Pays et ville d’accueil : Canada > Vancouver
  • Nombre d’années en expatriation : 3,5 ans

// AVANT VOTRE EXPATRIATION

Portrait d'Audrey, expatriée française à Vancouver au CanadaS’expatrier à près de 8.000 Km de la France c’est plutôt courageux. Qu’est-ce qui vous a poussé à le faire  ?

Une grande envie d’indépendance et d’aventure ! Jeune diplômée j’ai passé un an chez mes parents à chercher un 1er emploi dans mon domaine. Après de nombreuses démarches et refus, le seul conseil qu’on me donnait était de chercher à l’étranger. J’ai toujours aimé voyager depuis toute petite et vivre à l’étranger pendant un an était aussi un de mes rêves. J’avais envie d’avoir l’opportunité de vraiment découvrir un pays et ses habitants, partir à la rencontre des gens, découvrir une nouvelle culture, essayer de m’y intégrer et non pas avec de simples yeux de touristes.

Les formalités pour vous expatrier ont-elles été compliquées à remplir ?

J’ai eu de la chance, ça s’est fait rapidement pour moi. J’ai eu un visa Jeunes Professionnels, qui était valable 1 an et demi, en quelques semaines après avoir eu une offre d’emploi – condition nécessaire pour l’obtenir . C’est un système de quotas et quand je l’ai demandé les quotas étaient débloqués.

Comment avez-vous procédé pour trouver de l’information sur le Canada ?

Je me suis d’abord tournée vers Pôle Emploi International qui donne de bons conseils pour trouver du travail à l’étranger. Ils m’ont parlé d’un forum emploi à Paris auquel je suis allée. Il s’agit de Destination Canada, qui a lieu chaque mois de novembre. J’y ai rencontré un employeur qui m’a embauché directement. Je suis partie vivre à Edmonton en Alberta pendant 3 ans. Mon projet a évolué au fil des années et il y a 6 mois j’ai déménagé à Vancouver. J’ai également consulté le site French Radar et plus particulièrement la rubrique consacrée au Canada.

// VOTRE EXPATRIATION ET INTEGRATION

Totem canadien à Vancouver au CanadaEst-il facile de se loger dans votre ville d’adoption ?

Tout dépend de ce qu’on cherche mais pour une personne seule non. Il y a une crise du logement ici à Vancouver, les loyers sont très élevés et il y a peu de logements abordables disponibles. A plusieurs c’est plus facile. Après plusieurs mois de recherches pour un appartement pour moi seule je me suis donc tournée vers la colocation, qui est très courante à tout âge ici et j’ai facilement trouvé.

“Je n’avais pas imaginé qu’il fallait tout réapprendre dans le quotidien.”

Votre intégration a-t-elle été rapide et vous êtes-vous facilement adaptée à votre nouveau pays ?

La période d’adaptation s’est faite à Edmonton. J’étais entourée par de nombreux français qui ont été recrutés dans la même entreprise, ce qui a simplifié les choses par échange de conseils et entraide. L’adaptation et l’intégration s’est faite sans souci. Je n’avais pas imaginé qu’il fallait tout réapprendre dans le quotidien cela dit, à commencer par comment ouvrir les portes ! Il faut vraiment du temps pour comprendre toutes les subtilités d’une nouvelle culture.

Comment sont perçus nos compatriotes ?

Le concept de politesse étant vraiment différent ici, on est facilement vus comme étant malpolis et sans manière. Pour le bon côté on est réputé comme étant des grands connaisseurs de vins et de fromage, élégants et séducteurs.

“Le Canada est un grand melting pot, les origines des canadiens sont très diverses.”

Avez-vous des amis locaux et quels sont vos conseils pour se lier d’amitié avec eux ?

Les canadiens qui sont devenus des amis viennent d’autres provinces pour la plupart. Le Canada est un grand melting pot, les origines des canadiens sont très diverses. Il y a donc beaucoup de gens qui viennent d’ailleurs ce qui fait un bon 1er point commun. Ouverture d’esprit, tolérance et patience sont les maîtres mots pour lier toute amitié !

Ville de Vancouver (Canada) et son Musée au bord de l'océan
Vancouver

Quels sont les 2 + et les 2 – de votre pays d’expatriation ?

Les 2 plus : l’ouverture des gens et la beauté des grands espaces naturels
Les 2 moins : la nourriture et la distance par rapport à la France

Dans la vie de tous les jours, quels sont les changements qui vous ont le plus marqué ?

  • Un rythme de repas très différent : j’avais seulement 30 minutes de pause à Edmonton le midi ce qui était juste. Le bon côté c’est qu’on finit plus tôt le travail les canadiens mangeant leur dîner plus tôt.
  • Les magasins qui sont ouverts pour certains jusqu’à 23h ou minuit, dimanche compris.
  • Les soirées qui commencent vers 18h et les restaurants qui ferment tôt.

Travailler pour une entreprise canadienne, est-ce différent par rapport à la France ?

Le système de hiérarchie est différent, elle est plus horizontale ici. Il est beaucoup plus facile d’échanger avec son patron, souvent ouvert aux remarques pour faire évoluer les choses. Je trouve aussi que l’ambiance est plus décontractée qu’en France. C’est peut-être dû au fait que les canadiens sont très joviaux au premier abord.

Coucher de soleil sur la ville de Vancouver (Canada)
Vancouver

Pour réussir son intégration, quel est le meilleur conseil que vous puissiez donner aux nouveaux expatriés ?

Je pense qu’il faut avant tout rester ouvert d’esprit : accepter les différences des autres, ne pas chercher à imposer sa façon de voir les choses, être curieux vis-à-vis de celles et ceux qui nous entourent.

// VOTRE QUOTIDIEN D’EXPATRIEE

Charmant petit écureil dans la neigeQuel est le moyen de transport à privilégier pour circuler à Vancouver ?

J’utilise un peu de tout selon les conditions : marche, vélo, bus et métro par souci écologique et stationnement limité en ville. Tout dépend du trajet, de la météo et de l’heure. Il y a aussi de bons systèmes de voiture partagée qui sont pratiques occasionnellement. Les principaux acteurs sont :

Avez-vous conservé vos habitudes alimentaires ?

Je mange plus tôt parfois le soir vers 18h30, les canadiens mangeant en général à partir de 18h. Je garde cependant un régime et rythme français. Ici les canadiens mangent beaucoup de snacks tout au long de la journée et mangent peu le midi et beaucoup le soir, le contraire de ce qu’on nous recommande en France !

Concernant la qualité de la vie, Vancouver est régulièrement en tête des classements – Vous confirmez ?

Il fait bon vivre à Vancouver oui ! Les gens sont très cool et relax. Avoir les montagnes et l’océan à côté c’est le rêve quand on aime faire des activités à l’extérieur, ou même pour une belle vue chaque matin. Globalement la région est vraiment magnifique, beaucoup d’endroits à explorer.

“Les activités en extérieur sont le grand n°1 ici”

Parlez-nous de l’offre culturelle et des loisirs proches de chez vous ?

Les activités en extérieur sont le grand n°1 ici : randonnée, vélo, pêche, camping, kayak, voile, ski/snowboard… l’offre est grande ! Sinon il y a beaucoup de tournages de films et séries à Vancouver, il n’est pas rare de tomber sur un tournage par hasard à un coin de rue. La scène artistique est bien développée aussi, beaucoup de salles de concerts, un festival de murs peints chaque année qui augmente la collection de murs peints de la ville déjà impressionnante. On peut trouver aussi des restaurants du monde entier dont énormément de restaurants japonais, incontournables..

Le centre ville de Vancouver (Canada)
Granville Street à Vancouver

Etes-vous en contact avec la communauté française ?

Je sais qu’il y a des groupes sur Facebook de français à Vancouver très actifs avec qui j’ai déjà échangé mais jamais rencontré.

Quel est votre quartier préféré à Vancouver ?

J’aime beaucoup Kitsilano et West End pour leurs plages, leur côté relax, calme dans les zones résidentielles et vivant ailleurs.

Quartier de Kitsilano à Vancouver

Globalement trouvez-vous le niveau de vie plus ou moins cher qu’en France ?

Le coût de la vie est cher à Vancouver, surtout le loyer qui est deux fois plus cher qu’à Edmonton. Les forfaits téléphoniques, internet/TV sont bien plus chers qu’en France. Sinon il y a un grand choix de fast food pas très chers…

Une expression canadienne qui vous fait sourire ?

« C’était le fun au bout ! » Une expression québécoise qui signifie qu’on s’est bien amusé.

Jardin avec vue sur les montagnes et l'océan à Vancouver au Canada.
Jardins de Vancouver

Avez-vous l’occasion de voyager dans d’autres pays voisins ?

Oui aux US ! Je suis allée en Californie, Louisville, Chicago et Seattle. Facile d’accès et parfois moins cher que d’aller à l’Est du Canada.

// VOS RACINES

Le drapeau de la France sur fond de ciel bleuVous est-il déjà arrivé d’avoir “le mal du pays” ?

Oui les mauvais jours, quand j’ai un coup de mou la France me manque. En dehors de mes proches, au début c’était surtout la bonne bouffe française qui me manquait, maintenant c’est la façon de vivre à la française, comme par exemple prendre son temps autour d’un bon repas et avoir de bons débats d’idées. J’ai beaucoup appris sur la France ici étant confrontée à d’autres cultures, ça m’a ouvert les yeux.

Avez-vous conservé des contacts avec la France et à quelle fréquence y retournez-vous ?

Bien sûr j’ai des contacts très fréquents avec ma famille et avec des amis qui sont éparpillés dans toute la France. J’y retourne chaque année pendant au moins 2 semaines aux alentours de Noël, à chaque fois avec un nouveau regard .

Malgré la distance, vous sentez-vous toujours concerné par la politique en France, et plus généralement l’actualité ?

Ma famille suit beaucoup la politique donc je me sens toujours concernée, et j’essaie toujours de suivre l’actualité en France.

Qu’est-ce qui vous manque le plus de l’hexagone ?

Le fromage haha ! Je rencontre souvent des français perdus et frustrés au coin fromage des magasins, le choix étant moins important et les prix plus élevés étant importés pour la plupart de France. A chaque fois que je rencontre des français au Canada on a des échanges passionnés sur la nourriture, un sujet qui nous rassemble !

// CONCLUSION

Globe terrestre avec un avionAvez-vous d’autres projets d’expatriation ?

Eventuellement une autre expatriation en Europe si la situation économique de l’hexagone n’est pas favorable lorsque je déciderai de me rapprocher de mes proches en France.

Et si cette expatriation était à refaire ?

Je n’hésiterai pas une seconde ! Un des meilleurs choix de ma vie. Je me suis tellement épanouie ici, j’ai énormément appris sur moi, les autres, la vie, d’autres cultures. J’ai maintenant un regard différent sur le monde qui m’entoure et je profite plus de chaque instant. Le plus dur a été de commencer à sortir de ma zone de confort. Maintenant je n’hésite plus quand je vois le bien que ça fait !

Pour terminer notre interview, les 3 mots qui résument le mieux votre aventure au Canada ?

  • Aventure
  • Epanouissement
  • Rencontres

Audrey sur les réseaux sociaux
Instagram


Vancouver en vidéo

Découvrez Vancouver en vidéo grâce à ce court reportage proposé par le voyagiste Expedia (en anglais).

Vancouver Vacation Travel Guide

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top