/
Le wwoofing c’est quoi ?

Le wwoofing c’est quoi ?

Categories : Buzz & Trendy | Voyages
Jeune femme souriante avec 2 citrouilles qui pratique le wwoofing
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Envie de donner du sens à vos voyages ? Et si vous aidiez des agriculteurs dans leur ferme biologique en échange du gîte et du couvert ? Lancez-vous dans le wwoofing et devenez vous aussi wwoofer !

Introduction

Le WWOOF ou World Wide Oportunities on Organic Farms est aujourd’hui un réseau international. Devenir wwoofer (le volontaire) permet de voyager à moindre frais, de vivre à l’étranger en immersion chez l’habitant et de bénéficier d’une expérience placée sous le signe de l’écologie. Découvrez ce concept alternatif.

Le wwoofing, qu’est-ce que c’est ?

Jeune femme souriante aide agricole dans le cadre du wwoofing

Ce mot étrange vient de l’acronyme WWOOF qui signifie World-Wide Opportunities on Organic Farms (en français : offres d’emploi mondiales dans les fermes bio).

Créé au Royaume-Uni en 1971, l’idée était de faire découvrir la campagne aux citadins et de promouvoir l’agriculture biologique. Aujourd’hui, il s’agit d’un réseau mondial de fermes biologiques dont les fermiers ont besoin d’un coup de main. Il existe environ 12.000 fermes pratiquant le Woofing dans plus de 60 pays à travers le monde entier.

Le principe est simple. En échange de quelques heures de travail par jour (entre 4 et 6 heures) dans une ferme bio, vous recevez un logement et de la nourriture.Les mots d’ordre du wwoofing sont l’échange, la rencontre et le partage. L’hôte vous ouvre sa maison et vous transmet son savoir-faire en échange de votre aide dans ses tâches quotidiennes.

Pas d’obligation de rentabilité et aucun échange monétaire permis.

Le woofing est un excellent moyen d’allier tourisme et travail quand on est jeune lorsqu’on a peu d’argent pour voyager

Comment ça marche ? Comment se lancer ?

Fermier dans champs de blés

Vous êtes volontaire, avez envie d’apprendre et êtes sensible à la protection de l’environnement ? Parfait ! Vous avez le profil idéal pour devenir un wwoofer.

De 18 à 80 ans, le wwoofing est ouvert à tous, quelque soit l’âge et la nationalité. Pas besoin d’être calé en jardinage, ou d’avoir des connaissances en agriculture pour participer, il suffit d’être en bonne santé.

Première étape, il faut adhérer à l’association wwoof du pays où vous vous rendez. L’adhésion dure 1 an, est généralement individuelle (certains pays comme l’Inde ou la France proposent aussi une cotisation par couple), et varie d’un pays à l’autre (48€ au Japon, en Thaïlande et en Australie, 34€ en Argentine, 18€ au Mexique, etc.).

Une fois inscrit, un annuaire (numérique ou papier) des hôtes du pays vous sera remis. Apiculture, fromagerie, vignoble, maraîchage, élevage, etc… A vous de choisir ce qui vous intéresse et de contacter les hôtes afin d’organiser votre séjour.

Attention : Pensez à souscrire à une assurance à responsabilité civile.

Découvrir des modes de vie différents

Groupe de jeunes pratiquant le wwoofing

Vous pouvez travailler dans une exploitation agricole, au sein d’une famille, sur un chantier d’éco-construction, ou bien encore à l’entretien d’un jardin ou d’un potager.

Les hôtes ont des profils très variés. Leur point commun ? L’agriculture biologique, et l’envie de faire découvrir leur mode de vie et leur région, et de partager leur savoir-faire.

Le wwoofing est l’occasion idéale de découvrir des modes de vie très différents du vôtre, de vivre des expériences uniques et de s’instruire, tout cela en agissant en faveur de l’environnement. Que du positif !

5 bonnes raisons de faire du wwoofing

  1. Numéro 5 sur fond gris dans un cercle aux bords orangeVoyager autrement,
  2. Se rendre utile tout en apprenant de nouveaux métiers,
  3. Découvrir de nouveaux modes de vie, faire des rencontres, partager et échanger,
  4. S’intégrer à la vie locale et visiter la région où vous vous trouvez,
  5. Faire des économies tout en étant solidaire.

Si vous cherchez à vous expatrier, le wwoofing est un excellent moyen de s’intégrer à la vie locale, rencontrer des locaux, connaître leurs habitudes et leurs bons plans. C’est aussi un moyen de se créer un réseau et d’économiser de l’argent pendant votre recherche d’emploi et de logement.

Attention aux abus

Fermier peu sympathique avec une poule et une fourche

Trop d’heures travaillées, un logement insalubre, une nourriture insuffisante, pas ou très peu d’échange…

Malheureusement, certains fermiers sans scrupules exploitent les wwoofers. Dans ce cas, discutez-en d’abord avec votre hôte, et si rien ne change, partez.

Pensez à signaler le fermier abusif auprès de l’association wwoof du pays concerné. Il est important que cette dernière puisse être informée des fermiers qui ne respectent pas les règles de bonne conduite.

Autres sites de type wwoofing

  • Helpx : (contraction d’help exchange) Pas uniquement pour les fermes biologiques, le helpx concerne toutes sortes d’activités (auberge de jeunesse, volière d’oiseaux, baby-sitting chez des particuliers…). Le réseau est mondial et pour seulement 20€ (valable pour 1 ou 2 personnes), vous accédez aux coordonnées de tous les hôtes pendant 2 ans.
  • Workaway : Une adhésion de 23€ pour 1 personne ou 30€ pour 2, valable 1 an, et vous avez accès à plus de 24.000 hôtes dans plus de 150 pays. Là aussi, les projets sont variés : restaurer un château en France, travailler pour des chambre d’hôtes ou une micro-brasserie…

Happy wwoofing à tous !

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top