/
S’expatrier pour vivre et travailler au Canada

S'expatrier pour vivre et travailler au Canada

Categories : Actualités | Canada | Emploi
Canadien barbu souriant au bureau
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Dans le monde entier, le Canada est un pays qui jouit d’une grande popularité comme destination de voyage mais aussi de travail. Si vous avez un projet d’expatriation dans ce pays, cet article vous sera très utile.

Introduction

Le gouvernement canadien encourage l’immigration, notamment au Québec, et il est donc désormais plus facile de s’expatrier dans la belle province. De plus, le programme Entrée Express pour les francophones désirant résider de façon permanente a été mis en place pour faciliter l’ensemble des démarches. On vous explique tout dans cet article.

C’est officiel et le message du gouvernement canadien a le mérite d’être très clair : “Nous envisageons d’accueillir 1 million de nouveaux migrants pour répondre au besoin de main-d’oeuvre”.

Il faut avouer que le pays à la feuille d’érable possède de sacrés atouts pour en faire rêver plus d’un : un taux de chômage qui n’a jamais été aussi bas depuis les années 70, de nombreuses villes qui sont régulièrement en haut des classements mondiaux où il fait bon vivre, un taux de criminalité qui ne cesse de baisser, ou bien encore un niveau d’éducation qui est loin devant celui de la France.

Bref, si vous cherchez à booster votre carrière avec une expérience internationale, pourquoi ne pas tenter une expatriation au Canada ?

Faire valider ses diplômes et compétences

Illustration de la remise des diplômes avec des galets

Avant de chercher du travail au Canada, il est conseillé de faire reconnaître vos diplômes et compétences par des experts. Ils vérifieront que vos diplômes, votre expérience professionnelle et vos compétences linguistiques respectent les normes imposées par le gouvernement canadien.

La reconnaissance des titres de compétences est nécessaire si votre profession est réglementée (ex : médecin, notaire, enseignant…). Pour cela vous devrez suivre le processus d’évaluation des titres de compétences.

Pour plus d’informations, consultez le site : canada.ca

Selon les données du dernier recensement, publié fin 2017, il est indiqué que 7,5 millions des Canadiens (21,9% de la population) sont nés à l’étranger.

Quels sont vos droits en tant que français ? Les 5 points à connaître

La législation canadienne est assez souple puisque les autorités cherchent actuellement à encourager l’immigration dans le pays.

Point 1 – Ai-je besoin d’un permis de travail pour travailler au Canada ?

Jeune couple souriant au bureau

Vous aurez besoin d’un permis de travail si le métier que vous souhaitez exercer au Canada ne figure pas dans la liste ci-dessous :

  • Agent ou représentant d’un gouvernement étranger
  • Artiste de la scène
  • Athlète ou entraîneur
  • Chercheur à court terme
  • Conférencier
  • Enquêteur d’accident ou d’incident d’aviation
  • Étudiant en soins de santé
  • Étudiant travaillant hors campus
  • Étudiant travaillant sur le campus
  • Examinateur et responsable de l’évaluation
  • Fournisseur de services d’urgence
  • Inspecteur de l’aviation civile
  • Journaliste ou membre d’une équipe de tournage ou de presse
  • Juge, arbitre ou autre officiel
  • Membre d’équipage
  • Membre de la famille d’un représentant étranger
  • Membre du clergé
  • Militaire
  • Organisateur de congrès
  • Réalisateur ou membre du personnel travaillant à des publicités
  • Témoin expert ou investigateur
  • Travailleur hautement spécialisé à court terme
  • Visiteur commercial

Point 2 – Types de permis de travail

Il existe 2 types de permis de travail :

  • Le permis de travail ouvert, qui vous permet de travailler pour n’importe quel employeur au Canada (sauf s’il figure comme employeur inadmissible)
  • Le permis de travail lié à un employeur donné, qui vous permet de travailler selon les conditions indiquées sur votre permis de travail (nom de l’employeur, durée du contrat, lieu de travail)

Point 3 – Suis-je admissible à un permis de travail au Canada ?

Votre admissibilité dépend de plusieurs facteurs et de l’endroit où vous faites votre demande (à l’intérieur du Canada, à l’extérieur du Canada ou en entrant au Canada) :

Exigences générales :

  • prouver que vous quitterez le Canada lorsque votre permis de travail arrivera à expiration
  • prouver que vous avez suffisamment d’argent pour retourner dans votre pays et subvenir à vos besoins et à ceux des membres de votre famille durant votre séjour au Canada
  • respecter la loi et ne pas avoir de casier judiciaire
  • ne pas représenter un danger pour la sécurité du Canada
  • être en bonne santé et avoir fait l’objet d’un examen médical
  • ne pas envisager de travailler pour un employeur « inadmissible » figurant sur la liste des employeurs qui ne répondent pas aux conditions applicables

Point 4 – Faire sa demande depuis le Canada

Vous pouvez présenter une demande de permis de travail depuis le Canada seulement si :

  • vous êtes actuellement au Canada et vous possédez un permis d’études ou de travail valide, ou votre conjoint ou vos parents possèdent un permis d’études ou de travail
  • vous êtes diplômé d’une université canadienne/collège communautaire/cégep/école de métiers ou école technique publique/autre école admissible
  • vous êtes titulaire d’un permis de séjour temporaire valide pendant six mois ou plus
  • vous avez présenté une demande de résidence permanente à partir du Canada
  • vous avez demandé l’asile au Canada
  • vous êtes autorisé à travailler au Canada sans permis de travail, mais avez besoin d’un permis de travail pour occuper un autre emploi

Point 5 – Faire sa demande en entrant au Canada

Vous pouvez demander une autorisation pour travailler au Canada lorsque vous y entrez si votre employeur a effectué toutes les démarches nécessaires pour le permis de travail dont vous avez besoin ou si vous présentez une demande pour un permis de travail ouvert.

Le programme Immigration Francophone – Entrée Express

Badges aux couleurs de la France et du Canada

Le Canada souhaite attirer plus de francophones dans et en dehors du Québec, pour cela le gouvernement a mis en place le programme Immigration Francophone – Entrée express qui sert à traiter les demandes de résidence permanente présentées au titre des programmes d’immigration économique fédéraux suivants :

  • le Programme des travailleurs qualifiés (fédéral)
  • le Programme des travailleurs de métiers spécialisés (fédéral)
  • la catégorie de l’expérience canadienne
  • et une portion du Programme des candidats des provinces

Vous devez déterminer votre admissibilité pour l’une des catégories ci-dessus pour savoir si vous pouvez prétendre au programme Entrée Express.

“Les immigrants contribuent par leur talent à notre croissance économique et à l’innovation. Ils maintiennent le Canada à l’avant-garde de l’économie mondiale” a rappelé Sean Fraser, le ministre de l’immigration.

Législation et droit du travail au Canada en 5 points

Point 1 – Durée de travail hebdomadaire

  • En général, la journée débute à 9 h et se termine à 17 h, ce qui laisse du temps pour la famille et les loisirs.
Drapeau canadien qui flotte sur un ciel bleu
  • La durée normale de travail est de 8 heures par jour soit 40 heures par semaine (la période qui s’étend de minuit le samedi à minuit le samedi suivant). La durée maximale est de 48 heures par semaine.
  • Toutes les heures travaillées en sus de la durée normale du travail sont des heures supplémentaires ; elles sont payées au taux d’au moins une fois et de demie (1,5) le salaire horaire normal.

Point 2 – Salaire minimum légal

Le salaire minimum légal varie selon les Etats. Pour connaître le salaire pour chaque Etat fédéral, consultez la page dédiée sur le site du gouvernement canada.ca Par exemple, il est actuellement de $15 dans l’Etat d’Alberta et de $13.10 au Québec.

L’outil en ligne IMT d’Emploi-Québec vous renseignera sur les échelles salariales des métiers et professions au Québec.

Point 3 – Congés payés et jours fériés

Consultez notre article : Canada : Fêtes et Jours Fériés

Les congés payés sont d’au moins 2 semaines par an, pour toute « année complète de service ». Si vous avez travaillé pour le même employeur pendant 6 années consécutives, vous avez alors droit à un congé annuel d’au moins 3 semaines.

Point 4 – Chômage et perte d’emploi

Au Canada, les allocations chômage sont appelées « assurance-emploi ». Elles sont calculées sur les 52 semaines précédant la demande. Vous devez avoir cumulé entre 420 et 700 heures pour avoir droit aux prestations selon le barème. Renseignez-vous le site de Service Canada.

Point 5 – Retraite

L’âge de départ à la retraite au Canada est de 65 ans minimum. Il est toutefois possible de travailler au-delà de 65 ans. Le Régime de pensions du Canada (RPC) est l’organisme qui gère les retraites au Canada, sauf au Québec où c’est le Régime de rentes du Québec (RRQ) qui s’en charge.

Vous pouvez présenter une demande de pension de retraite complète du Régime de pensions du Canada à l’âge de 65 ans ou commencer à recevoir une pension réduite dès l’âge de 60 ans ou une pension augmentée après l’âge de 65 ans jusqu’à l’âge de 70 ans.

Utile à savoir : Si vous continuez de travailler tout en recevant votre pension de retraite du Régime de pensions du Canada et avez moins de 70 ans, vous pouvez continuer de cotiser au Régime de pensions du Canada. Vos cotisations seront applicables à vos prestations après-retraite, ce qui augmentera votre revenu de retraite.

Se renseigner sur le marché de l’emploi et les carrières au Canada

Illustration chapeau police canadienne et feuille d'érable

Avant de se lancer dans la recherche d’un emploi, il est toujours préférable de sonder le marché du travail et d’explorer les possibilités de carrière du lieu où vous souhaitez vous expatrier.

Le gouvernement Canadien propose un Outil Carrières où il est possible de s’informer sur le marché actuel dans le pays, et de rechercher des informations par profession, salaire, domaine d’étude, connaissances, etc. Vous pouvez également cibler votre recherche sur une ville spécifique.

Le marché du travail Canadien est dynamique. En octobre 2017, le taux de chômage était en moyenne de 6.2% sur l’ensemble du territoire, avec le taux le plus bas dans l’état de Manitoba (5.2%).

Le salaire hebdomadaire moyen en 2017 est de $974.

Les 5 liens essentiels pour vous aider dans vos recherches de job au Canada

sans oublier les 16 liens utiles suivants

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top