/
Mal des transports : 11 solutions pour le vaincre

Mal des transports : 11 solutions pour le vaincre

Categories : Santé | Voyages
Voyageuse dans un avion avec le mal des transports
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Vous vous sentez mal à chaque fois que vous prenez le bateau, l’avion ou même la voiture ? Le mal des transports, aussi appelé cinépathie ou cinétose, est un trouble fréquent sans gravité, mais particulièrement désagréable. Découvrez dans cet article pourquoi votre organisme réagit ainsi et comment le soigner.

Pourquoi est-on malade dans les transports ?

Jeune voyageur qui a le mal des transports

Tout d’abord le mal des transports n’est pas une maladie. Pour mieux comprendre, voici l’explication du phénomène. Notre corps se situe dans l’espace grâce à 3 éléments :

  • La vision qui permet de situer notre corps par rapport à l’horizon.
  • L’oreille interne qui perçoit le déplacement de notre corps.
  • Des récepteurs situés dans nos muscles.

Le mal des transports provient d’un problème de coordination entre la vue et l’audition. Les yeux perçoivent un mouvement alors que l’oreille interne informe le cerveau du contraire. Déboussolé par ces informations contradictoires, le cerveau réagit de façon inadaptée et les symptômes suivants apparaissent :

  • une sensation de mal-être,
  • une pâleur,
  • une somnolence,
  • des sueurs froides,
  • le cœur qui s’emballe,
  • des nausées pouvant aller jusqu’aux vomissements.

Ces symptômes varient d’une personne à l’autre, et en fonction de l’importance des mouvements comme de fortes vagues en mer ou une succession de virages sur la route.

Le saviez-vous ?
Tous les modes de transport peuvent causer ce mal au cœur, mais c’est en mer que ce désagrément est le plus fréquent, suivi par l’avion et la voiture. On peut même souffrir du mal des transports à dos de chameau ou d’éléphant !

Qui est sujet au mal des transports ?

Un garçon qui a le mal des transports

Plus de 3 millions de français souffrent de ce mal de façon chronique.

Les enfants de 2 à 12 ans et les femmes (en particulier en période de menstruation ou une grossesse) y sont plus sensibles que les hommes. En revanche, les nouveau-nés et les personnes âgées sont rarement touchés par ce mal.

Notons que les personnes ayant des antécédents de migraine représentent un facteur favorisant.

Saviez-vous que la personne qui conduit n’est presque jamais atteinte du mal des transports ? C’est grâce à son regard qui est constamment fixé sur la route !

11 astuces et précautions simples pour lutter contre le mal des transports

2 smileys du triste vers le souriant

Non, le mal des transports n’est absolument pas une fatalité. Pour preuve, nous avons regroupé les meilleures astuces pour vous aider à (re)voyager dans de meilleures conditions. Testez-les :

  1. Réduisez au maximum les mouvements de tête et du corps.
  2. En avion ou en bateau, choisissez un siège ou une cabine au centre car c’est là qu’il y a le moins de mouvement. En train, installez-vous dans le sens de la marche, près de la fenêtre. En bus, privilégiez un siège à l’avant.
  3. En voiture, faites régulièrement des pauses et sortez du véhicule pour vous aérer et marcher.
  4. Fixez un objet stable ou un point à l’horizon. Evitez de lire ou de jouer car cela aggrave les symptômes.
  5. Prenez l’air en ouvrant la fenêtre ou en sortant sur le pont lorsque vous êtes à bord d’un bateau. Evitez d’avoir trop chaud.
  6. Ne pensez pas à votre malaise, et forcez-vous à penser à autre chose. Détendez-vous, respirez calmement, écoutez de la musique ou comptez à rebours dans votre tête.
  7. Ne voyagez pas le ventre vide. Avant de partir, mangez léger en évitant les aliments gras et ne buvez pas d’alcool.
  8. Le gingembre est excellent contre la nausée et les vomissements : en huile essentielle, en infusion, en gâteau ou en bonbon.
  9. L’usage de la menthe verte, qui est reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), peut contrer les nausées et apaiser les céphalées.
  10. Il existe d’autres méthodes douces et naturelles pour soulager le mal des transports comme les granules d’homéopathie.
  11. Des bracelets magnétiques et des aimants sont vendus dans le commerce et pourraient être utiles. Cependant, faute d’étude poussée, on ignore encore leur efficacité dans les détails.

Saviez-vous que la répétition des voyages permet d’atténuer le mal des transports et que les signes disparaissent peu de temps après la sortie du véhicule ?

Et si les méthodes douces ne suffisent pas ?

La main d'un pharmacien présentant un médicament

Si, malgré ces précautions, le mal des transports persiste, il existe des médicaments délivrés avec ou sans ordonnance, comme les antihistaminiques (sans ordonnance) ou la scopolamine (sur ordonnance). Demandez conseil à votre pharmacien.

Pour les cas les plus sévères, un patch de scopolamine à placer dernière l’oreille est également une option possible.

Ces médicaments sont très efficaces. Mais si votre mal des transports y est totalement résistant, et que d’autres symptômes apparaissent comme la fièvre, consultez votre médecin.

Vous voilà donc mieux armé pour tenter de vous débarrasser de ce désagrément. N’hésitez pas partager l’information avec d’autres expatriés. Bon voyage !

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top