/
Que faire de son logement en cas d’expatriation ?

Que faire de son logement en cas d'expatriation ?

Categories : Actualités | Immobilier
Maison à louer ou vendre lors d'une expatriation
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Propriétaire d’un bien immobilier en France, vous vous installez à l’étranger. Faut-il libérer votre logement, le conserver comme pied-à-terre, le louer ou bien le vendre ?

Introduction

Vous partez vivre à l’étranger : Australie, Canada, USA… mais que faire de votre logement en France ? Plusieurs options s’offrent à vous. Avant tout, il vous faut étudier très précisément votre situation personnelle et professionnelle, faire le point sur vos projets d’avenir, se projeter, prendre le temps de répondre à l’ensemble des questions qui se présentent.

Les bonnes questions à se poser

Dessin d'une famille souriante

Voici la liste des principales interrogations à prendre en considération. En y répondant, vous aurez une meilleure idée vers quelle option vous tourner. N’hésitez pas à prendre une feuille et un crayon :

  • Est-ce une expatriation définitive ou temporaire ?
  • Si elle est temporaire, quelle en est la durée ?
  • Quel est le lien affectif à l’égard de votre bien ?
  • D’un point de vu financier, avez-vous besoin d’une rentrée d’argent supplémentaire ?
  • Est-ce de façon ponctuelle ou bien de manière régulière ? Quel montant vous faut-il ?
  • Envisagez-vous d’investir dans le prochain pays d’accueil ?
  • Votre famille va t’elle s’agrandir ? Le bien garde t’il alors tout son intérêt ?

Conserver son logement : Sécurité – Praticité – Sentiments

Set de clefs

” Le coeur a ses raisons que la raison n’a pas “. Soit, mais vérifiez tout de même si vous êtes bien concerné par l’un des 3 aspects suivants :

  • Aspect sentimental : Le bien est historiquement dans la famille depuis des générations? Il vous a été légué par un être cher ? Vos amis et votre famille vivent à proximité ? Le fait de garder un pied-à-terre dans votre pays d’origine représente un moyen de conserver un lien fort avec vos racines ?
  • Aspect pratique : Vous envisagez de revenir régulièrement dans la ville où il est situé ? Famille et amis, il y aura toujours quelqu’un qui voudra y séjourner quelques jours ? Vous voyagez très régulièrement, et il est situé proche d’un aéroport international, vous n’aimez pas dormir à l’hôtel ?
  • Aspect sécuritaire : Dans l’hypothèse d’un retour forcé, vous êtes rassuré de retrouver votre bien ? Vous voulez éviter toutes démarches de recherche d’un nouveau logement ? Impossibilité de retrouver un bien identique ? Votre bien représente votre future retraite et il est trop tôt pour vous en séparer ?

Conseil : Votre expatriation est temporaire, et/ou de courte durée.  L’affectif prime avant tout ? Alors conservez votre bien immobilier. Sachez cependant que cette option a un coût. Votre budget doit nécessairement pouvoir y faire face. Par exemple, en plus de devoir continuer à régler les charges de copropriété, accompagnées de tous vos abonnements (électricité, gaz, assurances, téléphone…), n’oubliez pas le côté fiscal. Chaque années la taxe d’habitation secondaire vous sera automatiquement réclamée par les services des impôts. Faites donc bien vos calculs.

Mettre en location : une solution qui rapporte tous les mois

Signature contrat de location

Vérifiez si  les cas suivants peuvent vous intéresser :

  • Sur le plan financier vous avez l’assurance d’une rentrée régulière d’argent. Idéal si un crédit immobilier est en cours. Un compte bancaire devra alors être conservé pour pouvoir encaisser les loyers. Bon à savoir, d’un point de vu fiscal les non-résidents fiscaux bénéficient d’un allègement d’impôt sur les revenus immobiliers, avec notamment un taux minimal d’imposition.  Toutefois, attention au choix entre une mise en location meublée ou vide. Ce n’est pas la même chose pour l’administration fiscale.
  • La liberté de revenir à tout moment. En respectant le préavis obligatoire, il sera possible de réintégrer le logement quasi immédiatement. Un point qui  n’est pas négligeable si on est amené à rentrer plus tôt que prévu. Certes, ce cas de figure est légèrement moins souple que celui de conserver son logement vacant, mais il a l’avantage de pouvoir se combiner avec la perception de loyers.

Info :  Bénéficier d’avantages fiscaux s’il n’y a aucun locataire le 1er janvier de l’année au cours de  laquelle vous désirez vendre un bien vous fera. Renseignez-vous !

Conseil : Dans le cas d’une expatriation avec le projet de retourner en France, la mise en location du bien est certainement la meilleure option. Prévoir de mandater un proche, ou un administrateur de biens, qui sera en mesure d’assurer le contact avec le locataire, et vous libèrera d’une gestion moins facile à distance. Comparez soigneusement les offres et services proposés. L’expérience et la renommée fait souvent la différence.

Vendre son logement : une décision à étudier en détail

Contrat de vente maison

En cas d’expatriation définitive, sans aucune intention de revenir en arrière, ou bien avec un projet d’investissement dans son nouveau pays d’accueil, la vente est toute recommandée.

Il est particulièrement conseillé de faire appel tant aux professionnels de l’immobilier, qu’aux professionnels du juridique. Une visite chez son notaire est plus que raisonnable tant l’enjeu est important. Les textes évolues rapidement et les avis  d’experts deviennent nécessaires.

Prenez en compte le contexte économique du marché de l’immobilier. Quand la période est peu propice aux transactions immobilières, patientez . Faites de même si la conjoncture est mauvaise et le marché tourne au ralenti. Si l’avantage est aux acheteurs quand l’offre est supérieure à la demande il est toutefois possible de tirer son épingle du jeu quand le bien est supérieur à la moyenne des autres mis en vente.  Surveillez les cours de la bourse en cas d’investissement programmé à l’étranger.

Astuce : La vente doit intervenir AVANT l’expatriation pour bénéficiez du régime fiscal qui exonère les résidences principales du paiement de l’impôt sur la plus-value.

3 sites internet utiles

Dessin de maisons sur un post-it jaune

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top