/
Interview Expat Pro : Marie, votre coach française à New York

Interview Expat Pro : Marie, votre coach française à New York

Marie Rouselle, coach française expatriée à New York aux Etats-Unis
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Les français installés à l’étranger ne manquent pas d’idées pour se reconvertir. Et nombre d’entre eux choisissent une activité liée au coaching. C’est de cas de Marie, française installée sur la côte Est des USA. Rencontre.

Introduction

Après des études de droit et une école de commerce avec une spécialisation en Ressources Humaines, Marie Rousselle s’est réinventée plusieurs fois depuis son arrivée aux Etats-Unis en 2016. C’est pour aider ceux et celles qui traversent des transitions, plus ou moins difficiles, que cette expatriée pleine de vie a décidé de devenir coach professionnelle certifiée et de créer Rainbow Life Coaching. Pourquoi, quand et comment se faire coacher ? Quel coach choisir ? Le coaching en expatriation est-ce utile ? Réponses dans cette interview expat.

Portrait de Marie Rouselle, coach française aux USAPour les lecteurs de French Radar qui ne vous connaissent pas encore, qui êtes-vous ?

Je m’appelle Marie Barbezieux Rousselle, je suis née à Paris et j’habite à New York (Etats-Unis) depuis fin 2016.

Je suis coach professionnelle spécialisée en transition professionnelle et personnelle, et maman de deux petites filles.

Pouvez-vous retracer les grandes lignes du parcours qui vous ont orientées vers la profession de coach ?

Mon parcours est un mélange de reconversions professionnelles et d’expériences personnelles, dont une qui a changé ma vie et ma perception des autres et de moi-même.
Après des études de droit à Paris, une école de commerce avec une spécialisation en Ressources Humaines à Nantes, j’ai débuté ma carrière en RH puis dans la publicité et la communication digitale en France.

Je me suis expatriée à New York où j’ai dû me réinventer et m’adapter afin de trouver rapidement un travail. J’ai fait du consulting pour des startup et j’ai remis un pied dans la publicité. J’ai traversé une période extrêmement difficile qui m’a fait réaliser à quel point tout est fragile autour de nous et combien il est important chaque jour de créer une vie qui vaille la peine d’être vécue. Et que les épreuves que j’ai traversé ont certainement un sens. J’avais besoin de me recentrer et j’ai senti que c’était le bon moment pour investir et lancer mon propre projet.

Que ce soit personnellement ou professionnellement, j’ai vécu beaucoup de transitions et mes expériences d’expatriation (dont la première au Japon) ont changé ma vision de la vie, pour le meilleur et parfois pour le pire. C’est pour aider ceux et celles qui traversent des transitions, plus ou moins difficiles, que j’ai décidé de devenir coach professionnelle en 2018 et de créer Rainbow Life Coaching, après avoir suivi une formation à l’IPEC (Institute for Professional Excellence in Coaching).

Plus précisément, en quoi consiste le métier de coach ?

Le métier de coach est un métier d’écoute et d’intuition, centré vers l’humain, le développement personnel, la performance, la réussite. C’est un métier avec de nombreux outils, tests et exercices, qui permettent de mieux se connaître et d’appréhender le monde qui nous entoure différemment. C’est poser les bonnes questions, proposer de nouvelles perspectives, une autre version de l’histoire racontée. C’est aussi soulever des peurs et aider à les apprivoiser.

Être coach c’est aussi aimer les autres, avoir beaucoup d’empathie, sans prendre les choses personnellement. C’est garder la distance nécessaire pour ne pas entrer dans l’histoire des clients. Et bien sûr respecter la confidentialité.

Un coach va aussi être la personne à qui se confier, l’oreille bienveillante, qui écoute et ne juge pas. Celle qui soutient et supporte dans tous les moments, aussi bien heureux que malheureux, celle qui remotive ou qui “secoue”, si besoin. Celle a qui on doit rendre des comptes et pour qui on va se dépasser !

Dans mon métier, j’accompagne mes clients vers leurs propres réponses, je ne les conseille pas. Bien sûr que mon expérience personnelle et professionnelle compte, et certains clients souhaitent avoir mes conseils, mon avis. Ce n’est pas mon rôle. Je vais donc leur poser des questions, leur demander de chercher au fond d’eux la réponse, car je sais qu’ils l’ont.

Une séance de coaching avec Marie Rouselle, expatriée française à New York (USA)
Séance de coaching avec Marie

Pourquoi et comment se faire coacher ? Avec quelles précautions ?

Se faire coacher permet de mieux avancer, mieux s’organiser, de se challenger, de se rassurer. Nous avons tous besoin d’être coaché à certains moment de notre vie. C’est vous faire sortir de votre quotidien, de vos ennuis, pour vous faire prendre du recul et parfois, vous révéler.

Avoir un coach permet d’exprimer à haute voix ce que nous ne pouvons, parfois, dire à personne d’autre. Notre cerveau a besoin de ces moments d’échange pour prendre une décision, avancer dans son processus de pensée. Un coach va apporter une réelle valeur dans des moments de prise de décision importante, de transition ou de changement de vie, car il sera à l’écoute, apportera un autre point de vue, extérieur, et son expérience.

Prendre un coach dans des périodes de transition, un changement de travail ou de carrière, une reconversion, une expatriation, un deuil, permet de mieux les gérer, les comprendre, les vivre pleinement, et d’en tirer le meilleur bénéfice.

Que ce soit pour du coaching individuel ou professionnel, le plus important est la motivation. Se faire coacher sera d’autant plus efficace si la motivation et l’envie d’évoluer, de se remettre en question, de changer sa vie, sont là.

Les précautions sont pour moi de bien choisir son coach. Écouter son intuition et prendre une personne qui nous veut du bien et avec qui on pourra être vulnérable et se confier. Un coach n’est pas un psychologue, et il est important de savoir quand aller voir un spécialiste (ce qu’un coach vous conseillera si besoin). Il n’y a pas de précautions ou contre-indications car c’est un échange humain. C’est du temps, de l’argent, c’est un investissement, donc investir pour notre mieux-être est rarement contre-indiqué !

“Le coaching est l’art d’aider une personne à trouver ses propres solutions”

Vouloir faire de son expatriation un tremplin pour sa vie professionnelle et personnelle cela fait rêver, mais ce n’est pas toujours simple car on ne sait pas par où commencer. Des conseils pour bien débuter ?

En lisant cette question, les premières idées qui me sont venues sont sur l’entrepreneuriat. Car on dit souvent que New York est une ville inspirante et donne à beaucoup d’expatriés l’envie de changer de métier, de créer leur boîte. C’est vrai, car l’expatriation nous fait nous remettre en question et recommencer à zéro. Qu’elle soit choisie ou subie, l’expatriation est un saut dans l’inconnu.

Mon premier conseil est de bien préparer en amont son expatriation : visiter la ville avant, connaître le coût de la vie, s’informer sur le marché du travail, le système scolaire, les impôts. Cela permet de poser un cadre et de limiter les mauvaises surprises (notamment financières ou administratives). Une fois sur place, pour bien débuter, l’ouverture d’esprit sera la clé car en tant qu’expatrié nous avons tout à découvrir et comprendre les codes du pays prend du temps. Accepter de repartir à zéro professionnellement si nécessaire. Garder les yeux ouverts et se préparer à faire des rencontres exceptionnelles. Mettre régulièrement en perspective son expatriation par rapport à la vie en étant resté en France, c’est une vraie chance de vivre une expatriation et c’est à vous d’en faire une opportunité pour votre carrière si cela s’y prête.

Le succès n’est pas la clef du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez.

-Albert Schweitzer

Doit-on choisir son coach en fonction de sa spécialité ? De ses techniques ? De sa certification ? De sa personnalité ?

Si la demande est très spécifique, oui la spécialité est importante. Je dirai que l’expérience du coach est très importante aussi, aussi bien en tant que coach (certifié) que dans sa vie professionnelle et personnelle.

Pour le coaching professionnel, la certification est obligatoire et certains outils et techniques sont reconnus et demandent des certifications complémentaires.

Pour le coaching individuel, je recommande également un coach certifié et qui a de l’expérience dans le domaine souhaité.
Par exemple, un de mes clients souhaitait un coach avec de l’expérience dans la publicité digitale à Paris et ayant vécu à New York. Il s’est naturellement tourné vers moi quand il a cherché un coach.

Bien sûr la personnalité est primordiale, on ne se confie pas à quelqu’un en qui on a pas confiance. Il faut avoir le bon feeling. C’est pour cela que je propose toujours des rencontres en amont de mes coaching (Discovery Session), car ce feeling doit être réciproque.

Je dirai donc que l’expérience et la spécialité sont aussi important que la personnalité de son coach. Un coach certifié ICF (International Coach Federation) aura de nombreux outils à disposition, il aura lui-même était coaché pendant 6 mois minimum et sera connecté à un réseau de peer coaches.

Personnellement, j’ai suivi des conseils d’amis et mon intuition quand j’ai choisi mes coachs. Certains de mes clients en voyaient 3 ou 4 avant de prendre leur décision. Chacun à son processus, c’est comme un recrutement, c’est un équilibre entre ces critères et un feeling, et souvent la personne choisie est celle avec qui on aurait envie de prendre un café après le boulot ! C’est en tout cas comme ça que tous mes clients m’ont choisi, autour d’un café !

Séance de coaching avec Marie Rouselle, expatriée française à New York (Etats-Unis)
Séance de coaching avec Marie

Sur votre site internet rainbow-lifecoaching.com vous proposez 3 formes d’accompagnement : Life Coaching / Career Coaching / Energy Leadership Coaching. Pouvez-vous nous les présenter ?

Ma spécialité est autour des transitions professionnelles et professionnelles, que j’adresse avec du coaching individuel (Life Coaching et Career Coaching) et professionnel (Leadership Coaching).

Le Life Coaching s’adresse à des particuliers qui souhaitent mieux se connaître pour appréhender plus sereinement les périodes de transition qu’ils vivent, notamment l’expatriation.

Le Career Coaching, je le fais tous les mardis matins dans l’Atelier Job Search que j’anime dans une association. J’accompagne des chercheurs d’emploi francophones à New York, en majorité des accompagnant(e)s qui sont confrontés à des barrières culturelles et professionnelles et ont besoin de support. C’est un coaching de groupe, avec minimum 4 participants, même lieu, même heure, pour créer un rythme et des repères. Mon coaching les aide à déterminer ce qu’ils recherchent dans leur expérience d’expatrié(e) et je leur propose des outils et un cadre bienveillant et sécurisé. C’est un format que je déclinerai également à la rentrée de septembre, autour de petit-déjeuner dans des quartiers de Brooklyn, Manhattan et Astoria.

L’Energy Leadership Coaching est centré autour des actions et pensées que nous avons face à une situation donnée, comprendre mieux l’impact qu’elles ont sur nous et autour de nous. C’est une technique de coaching qui permet de prendre du recul sur nos émotions afin de mieux les maîtriser et les accepter telles quelles sont. J’utilise un outil d’évaluation Energy Leadership Index qui se base sur vos actions et réactions dans des situations de la vie quotidienne. Il permet d’évaluer quelle est votre première réaction, ou manière de penser, face à une situation précise.
A terme, avec cette technique, nous sommes capables de choisir comment nous allons réagir à une situation (s’énerver / se sentir abattre / voir le bénéfice pour soi ou pour son équipe).
Je l’utilise notamment en entreprises avec les managers qui doivent gérer une équipe et des situations conflictuelles.

Selon vous, quelle qualité principale doit avoir un coach et qu’est que le coaching n’est pas ?

L’écoute. Être coach c’est savoir “écouter” entre les lignes. Comprendre à demi-mot ce que la personne ne veut pas dire ou avouer. La challenger pour qu’elle exprime les vraies raisons, les blocages, les peurs. Pour qu’elle s’accepte telle qu’elle est et se connaisse mieux.

Le coaching n’est pas une psychothérapie. Ce n’est pas non plus du consulting. Ni du coaching sportif, dont l’objectif est de gagner la compétition.

Un coach n’est ni un ami, ni un collègue, ni un conjoint, c’est une personne extérieure à notre vie de tous les jours, et qui nous accueille tel que nous sommes, sans jugement. Je ne peux par exemple pas coacher un membre de ma famille ou un ami, car ils sont trop proches de moi.

Rester dans sa zone de confort c’est exister… Oser en sortir c’est vivre !

Comment se déroule une séance avec vous ?

Une séance de coaching dure 50 minutes.

J’aime bien commencer par une méditation, pour se recentrer et aborder la séance de manière plus sereine. Puis je pose 4 à 5 questions précises pour délimiter le sujet de la séance et les objectifs que mon client souhaite accomplir durant la session.
Une fois le sujet délimité par mon client, c’est un échange, une exploration, pour arriver à un plan d’action, un sentiment de soulagement, de bien-être, ou une réponse à des questions.

Je propose aussi des exercices de visualisation, quand je travaille autour des peurs et des énergies, car c’est le meilleur moyen de ressentir ses émotions.

A la fin de chaque séance, je m’assure que nous avons bien avancé sur le sujet et nous discutons des prochaines étapes concrètes pour avancer. Je demande souvent à mes clients de me tenir au courant entre chaque séance, c’est un bon moyen pour les motiver à tenir leurs plans !

Actuellement vous exercez à New York. Vos clients sont-ils des expatriés francophones ou bien des locaux ?

En majorité des expatriés francophones, managers d’entreprise, entrepreneurs ou en recherche d’emploi et en reconversion professionnelle. Je travaille aussi avec des expatriés d’autres pays européens et des Américains. J’habite à Astoria, un quartier multiculturel de Queens, et j’organise également des workshops auprès des jeunes mamans américaines.

“J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé”

-Voltaire

Tous les lundis, pour bien débuter la semaine, vous envoyez une newsletter remplie de “Good Vibes”. C’est très motivant. Comment vous est venue l’idée ?

Merci et ravie de voir qu’elle vous motive ! J’aime beaucoup écrire. En arrivant à New York j’ai lancé un blog en français, MarieCroquelaGrossePomme.com dans lequel je racontais mon expérience d’expatriée. J’ai ralenti le rythme d’écriture quand j’ai trouvé un travail, mais j’ai toujours des idées d’articles en tête et suis active sur Instagram.

Après avoir lancé mon site de coaching en anglais, j’ai voulu donner un aperçu de ce qu’est le coaching à mes proches, à travers des articles mais aussi un contenu plus régulier. J’ai pensé à une newsletter hebdomadaire du lundi qui permet de commencer sa semaine sur des notes positives et motivantes et ma Monday Motivation Newsletter est née !

J’avais une ligne éditoriale, je voulais les prévoir et les écrire en avance, comme quand je travaillais dans la com et la pub. Je me suis vite rendue compte que ça ne marche pas pour moi, je travaille à l’intuition, souvent au dernier moment, donc je les écrit le dimanche et l’inspiration me vient sur le moment !

Photo concept ampoule aide idée

Votre rêve le plus cher aujourd’hui ?

Avoir un impact positif sur toutes les personnes que je rencontre. Continuer à faire ce que je fais le plus longtemps possible, proche de ma famille et en bonne santé, et pouvoir leur offrir tout ce qu’ils souhaitent pour qu’à leur tour ils puissent réaliser leurs rêves.

“La vulnérabilité est aussi fondamentale, il faut accepter d’être vulnérable car c’est là que les plus belles choses émergent. La confiance en son coach, la confidentialité sont donc indispensables.”


CONTACT
Site / FacebookLinkedIn


Sélection de la Rédaction

Scroll to Top