/
Interview Expat Pro : Carole Jury, artiste peintre française inspirée et inspirante

Interview Expat Pro : Carole Jury, artiste peintre française inspirée et inspirante

Categories : Culture | Interview Expats | USA
Photo de Carole Jury, expatriée et peintre française aux USA, assise dans son canapé.
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

A la fois photographe et peintre abstrait, Carole combine les 2 moyens d’expression dans son processus artistique

Son expatriation dans le New Jersey aux USA, a été une magnifique opportunité qui a changé sa vie en transformant sa passion pour l’art en un nouveau métier. Rencontre.

Portrait couleur de Carole Jury, expatriée française, peintre aux USAPour les lecteurs de French Radar qui ne vous connaissent pas encore, qui est Carole Jury et quel est votre parcours ?

Je suis arrivée à Princeton, dans le New Jersey, avec ma famille il y a maintenant quatre ans. Quand nous avons décidé de déménager, j’étais en charge de la communication d’une entreprise de l’industrie chimique en région Lyonnaise. J’ai vu alors l’opportunité de faire de ma passion pour l’art et le design d’intérieur une nouvelle aventure professionnelle. Je n’avais jamais osé franchir ce pas avant. C’était un projet incroyable et surtout de nouveaux challenges en perspective !

Quel est le sujet principal de votre travail ?

J’aime jouer avec les traits de textures, les nuances de couleur et la luminosité. La photographie est une autre de ma passion. Aussi, la majorité de mes peintures est inspirée par mes photos, qui me donnent un guide pour la recherche des couleurs, des tons, les textures et les reliefs. La peinture à l’huile se prête naturellement à la plasticité et à la superposition. C’est pour cette raison principale que j’aime travailler avec ce medium.

Peinture de Carole Jury, artiste peintre française expatriée aux USA

Quelles sont vos influences et inspirations artistiques ?

Même si je suis intéressée par plusieurs mouvements artistiques, mon artiste préféré reste Pierre Soulages. Force et raffinement émanent de ses peintures. J’adore !

Un trio peinture-photographie-design qui fonctionne de manière très fusionnelle!

Photographie, peinture, design intérieur, comment gérez-vous ces 3 passions dans votre vie et sont-elles complémentaires ?

Je combine les deux moyens d’expression photographie et peinture, en commençant par la photographie. C’est la transposition de la photo vers la peinture qui me permet de créer mes séries, telles que Dark sea, La Vie en Rose, Vegetals, Call Spring…

Par ailleurs, je suis extrêmement passionnée par le design d’intérieur et j’ai souvent besoin d’imaginer mes propres peintures dans un environnement intérieur designé. L’opportunité de travailler en étroite collaboration avec des architectes d’intérieur me permet de nourrir ce besoin de visualiser mes œuvres dans l’espace. Aussi, cela impacte mes séries, mes inspirations notamment en termes de textures et de couleurs.

Finalement, c’est un trio peinture-photographie-design qui fonctionne de manière très fusionnelle !

Oeuvre peinte de Carole Jury, expatriée française aux USALa place des artistes français à l’étranger, vous la percevez comment ?

Ma perception de la place des artistes français à l’étranger se limite aux Etats-Unis. Ici, les artistes ont l’opportunité de pouvoir exposer leurs œuvres dans différents types d’exposition plus ou moins “réputées” sans forcément avoir un parcours “artistique” classiques comme avoir suivi une école d’art. Il est donc peut-être plus aisé de se frayer un chemin, mais l’investissement tant sur le plan financier que personnel est très important à évaluer avant de s’expatrier. Le rêve américain n’est pas un long fleuve tranquille !

Vous vivez actuellement aux USA, est-ce votre première expatriation et pourquoi cette destination ?

Oui, c’est ma première expatriation ! J’ai grandi et passé mes 39 premières années à Lyon ! Finalement, lorsqu’une expatriation émane d’un employeur, le choix de la destination est plus ou moins imposé. Dans notre cas, nous étions extrêmement motivés pour faire découvrir à nos enfants un nouveau pays, une nouvelle culture. L’acceptation de s’expatrier n’est pas évidente et les semaines qui précèdent le départ sont semées de doutes et d’angoisses d’autant plus lorsque l’on a des enfants.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus et le moins dans votre pays d’adoption actuel ?

Ce qui m’a plu dès mon arrivée aux Etats-Unis, c’est la liberté de pouvoir se réinventer professionnellement sans jamais avoir à se justifier sur son parcours personnel et professionnel. Ici, les gens changent ou font évoluer leur carrière comme ils le souhaitent. Il n’y a pas ou peu de freins à l’entreprenariat, seule la reconnaissance du “talent”ou de “la performance” est importante. Bien évidemment, cela implique qu’il faut travailler durement.
Comme de nombreux français, je pense, ce qui me plaît le moins ou qui me manques le plus dans l’expatriation sont les amis proches notamment pour la simplicité des relations.

Oeuvre de Carole Jury, artiste peintre française, expatriée aux USA

Et si vous deviez donner un conseil à un artiste français qui s’interroge sur une éventuelle expatriation dans le cadre de sa carrière ?

Je n’ai pas vraiment de conseil précis à donner à un artiste dans le cadre d’une expatriation. Pour les Etats-Unis, les artistes doivent investir un minimum pour pouvoir participer à des expositions avant d’y être inviter ou d’intégrer des galeries. Aussi, comme d’en tout contextes professionnels les réseaux d’échanges et les rencontres favorisent l’avancement et la réussite du projet artistique.

Vous serez présente à Aqua Art Miami 2018 pour présenter vos travaux récents intitulés “Vegetals” et “Never Forget”. Pouvez-vous nous en parler ?

La sélection des oeuvres pour Aqua Art Miami a été facile puisque ce sont les deux séries avec Call Spring sur lesquelles je travaille actuellement. Ces dernières s’inspirent de la nature et reflètent grâce à des textures et des couleurs fondues la végétation, les matières minérales. “Never Forget” est tout autre chose puisqu’elle est inspirée d’une exposition de Boltanski au Grand Palais à Paris en 2010. A travers, cette représentation plus “géométriques”, chaque petite case représente l’histoire d’une vie, d’un moment de vie.

Oeuvre peinte de Carole Jury, accrochée au mur de la salle à manger

Pour conclure cette interview, quels sont vos projets ?

2018 a été une belle année avec de nombreuses expositions aux Etats-Unis …une exposition solo à l’Université de Princeton où j’ai été invitée pendant deux mois, SCOPE NYC avec Azart Gallery, “La vie en Rose” à la Gallery des artistes de New Hope en PA, trois performances artistiques (Gallery of Music & Art de Las Vegas, à la Gallery des artistes de new Hope et chez BoConcept Princeton), deux expositions de groupe d’artistes à New York, une à Los Angeles, beaucoup de projets avec des architectes d’intérieur et pour finir Aqua Miami et Contemporary Art à Venise. Concernant 2019, l’année s’annonce plus Européenne puisque en janvier je serai à Londres avec Artrooms Fair, en avril à Paris pour une exposition avec deux autres artistes françaises. Encore bien d’autres projets verront le jour dans les prochaines semaines…!


Web : carole.jury.com
Facebook : art.paintings.carole.jury
Twitter : carolejury2
Instagram : carole.jury


Sélection de la Rédaction

Scroll to Top