/
Interview Expat : Marco à Perth

Interview Expat : Marco à Perth

Photo de Marco expat à Perth en Australie
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Marco est un niçois qui a décidé de quitter sa province natale pour partir à la conquête de Perth en Australie occidentale

Accompagné de son épouse, ces 2 expatriés sont tombés sous le charme de cette ville moderne et ont trouvé l’équilibre parfait entre business et loisirs auquel ils aspiraient depuis la France.

// PRESENTATION

  • Prénom : Marco
  • Age : 37
  • Situation familiale : Marié (avec Stéphanie)
  • Profession : Informaticien
  • Pays et Ville d’origine : France – Nice
  • Pays et ville d’accueil : Australie – Perth
  • Nombre d’années en expatriation : 7

Je suis Marco, un français originaire de la magnifique ville de Nice dans le sud-est de la France. Avec mon épouse nous sommes expatriés depuis 7 ans sur la côté occidentale de l’Australie dans la charmante ville de Perth. Ce que nous recherchions avant tout c’était une nouvelle vie avec un équilibre entre travail et vie privée. Notre objectif a été atteint, au point que nous avons demandé et obtenu la nationalité australienne.

// AVANT VOTRE EXPATRIATION

Qu’est-ce qui vous a amené à vous expatrier ?

Illustration d'une ampoule symbolisant une idée

Ma femme et moi avons commencé notre vie professionnelle à Nice en 2005.  Après quelques années à travailler dans nos entreprises respectives, nous nous sommes rendus compte que notre quotidien ne nous convenait plus. Au fil du temps le travail empiétait toujours plus sur nos loisirs. On s’est alors dit qu’il fallait qu’on trouve une solution et qu’on change d’air. Rapidement on a repensé à une opportunité, que nous avions eu quelques années auparavant, de nous expatrier et d’aller vivre à l’étranger. Nous avons réfléchi aux pays susceptibles de nous intéresser, et au final nous hésitions entre 2 pays anglophones : les USA et l’Australie. Grand fan de sports aquatiques je voulais absolument garder le contact avec le milieu marin. On a décidé de tenter l’aventure en Australie, notamment pour des facilités d’obtention de visas.

Les formalités ont-elles été compliquées à remplir ?

Le meilleur moyen pour résider en permanence en Australie est de se faire sponsoriser par une entreprise, et d’obtenir ainsi le visa 457. Mon épouse, qui a un diplôme d’ingénieur, a été sponsorisée par une entreprise minière de Perth. C’est cette dernière qui s’est occupée de l’ensemble des formalités, et nous sommes arrivés ici grâce à ce précieux sésame. Nous sommes conscient qu’avec nos profils nous avons eu de la chance car le pays ne trouve pas assez d’ingénieurs, l’offre y est nettement supérieure à la demande.

Ce type de visa m’a facilité la tâche car il a l’avantage d’autoriser les recherches d’emploi dans n’importe quel secteur d’activité. J’ai pour ma part été embauché par un groupe qui commercialise des logiciels.

Au bout de 2 ans il nous a été possible de lancer la procédure de demande de résidence permanente. Et comme nous aimions notre nouvelle vie en Australie, nous avons décidé de nous y installer définitivement et avons enchainé avec une demande de citoyenneté. Pour pouvoir prétendre à cette dernière il faut patienter 2 années après l’obtention de la résidence permanente.

// AU COURS DE VOTRE EXPATRIATION

Parliez-vous anglais à votre arrivée ?

Nous étions tous les 2 parfaitement bilingue.

Est-il facile de se loger ?

Illustration avec un avion en papier et 2 mains

Ce n’est pas vraiment le cas. De manière générale les logements en Australie sont très chers et la ville de Perth n’échappe pas à la règle. Depuis quelques années, avec le boom économique et l’arrivée constante de nouveaux habitants, les prix ne cessent de flamber. Bien que de nouveaux logements poussent un peu partout en périphérie de la ville, l’offre reste toujours très en dessous de la demande.

Les nouveaux arrivants doivent s’attendre à ce que les visites soient organisées par groupes, ce qui peut parfois surprendre. La concurrence entre les locataires particulièrement rude. Il n’est pas rare qu’à l’issue des visites un marchandage est lieu et que le logement soit attribué au plus offrant !

Si votre budget est serré, sachez que la colocation est très courante sur le pays-continent. Il devient alors plus facile de trouver un grand appartement ou une maison pour se loger tout en partageant les frais. Le site internet leader pour ce type de demandes est : flatmates.com

Votre intégration a-t-elle été rapide et vous êtes vous facilement adapté à votre nouveau pays ?

Nous n’avons eu aucun problème et cela s’est fait progressivement. Ce qui nous a tout de suite séduit c’est l’équilibre naturel qui existe entre la vie professionnelle et la vie privée des australiens. Il est vrai que dans les pays anglophones les gens sont plutôt jeunes d’esprit, ouverts et dynamiques. Par exemple, si vous devez vous occuper de votre enfant malade, théoriquement vous pourrez vous absenter et votre employeur sera plus enclin à le comprendre et à l’accepter.

Concernant l’environnement, les paysages sont merveilleux et nous prenons toujours autant de plaisir à nous échapper de Perth pour découvrir le reste du Pays. Le désert des Pinnacles et ses aiguilles de rocher usées dans le parc national de Nambung est un endroit que nous aimons faire visiter à nos amis de passage. Aucun doute, vous êtes bien en Australie !

Nous avions toutefois quelques craintes avec l’accent australien. Nous pensions que cela allait ralentir notre intégration, mais finalement nous avons réussi à l’assimiler en quelques mois seulement.

Ville de Perth en Australie
Ville de Perth, capitale de l’Australie-Occidentale

Avez-vous des amis locaux et quels sont vos conseils pour se lier d’amitié avec eux ?

S’intégrer dans une société n’est pas compliqué en soit si vous faites l’effort de partir à la découverte des autres. Mais bien la population australienne soient extrêmement chaleureuse et conviviale de prime abord, tisser des liens amicaux avec elle, il faut l’avouer, cela prend du temps. Nous avons des culturelles bien différentes. La bienséance et les rapports formels font partis de la culture française alors que les australiens ont des rapports beaucoup plus relax et font moins de “manières”. Un manque de curiosité fait parfois défaut chez certains d’entre-eux. Ils s’intéressent peu au reste du monde et leur culture semble amplement leur convenir. Il ne faut cependant pas généraliser. Les nouvelles générations sont plus ouvertes.

Fréquentez-vous d’autres expatrié(e)s, français(es) ou autre ?

Il y a beaucoup d’expatriés en Australie. La communauté française devient de plus en plus importante au fils des années. D’ailleurs on entend davantage parler français dans rues, ce qui n’était pas le cas à notre arrivée à Perth. Dans notre quartier nous fréquentons principalement des européens et des américains.

Je pense que nos compatriotes sont moins communautaires que les autres nationalités. Ils veulent peut-être s’intégrer plus rapidement et mettent alors leurs racines de côté. La contrepartie c’est que l’entraide entre français est moins forte en comparaison avec les autres communautés. Nous avons des efforts à faire de ce côté là !

Comment sont perçus nos compatriotes ?

Assurément les australiens admirent la culture française, adorent notre cuisine et sont fascinés par notre pays qu’ils rêvent tous un jour de visiter. Mais il y a eu un léger changement de perception ces dernières années. En plus de quelques incivilités à répétition de la part de nos compatriotes, est apparu le “French Shopping” qui a fait le buzz sur la toile et dans le pays tout entier. Concrètement les backpackers arrivent peu ou pas préparés, avec un budget sous évalué, et se retrouvent vite en difficulté au point de devoir commettre des vols à l’étalage. Même si cela n’était que des cas isolés à l’échelle du territoire, leur nombre global a toutefois surpris la population au point d’en ternir l’image des français.

Quels sont les changements dans la vie de tous les jours qui vous ont le plus marqué ?

Comme évoqué précédemment, la qualité de vie avec un équilibre parfait entre travail et loisirs nous a positivement marqué. Ensuite, la nécessité absolue de se construire un réseau pour “exister” car sans lui il est impossible d’évoluer. Plus vous rencontrerez des gens et meilleur seront vos chances d’avoir un bon réseau.

Statue située dans la ville de Perth en Australie
Perth est située à l’endroit où le fleuve Swan rejoint la côte sud-ouest

Quels sont les plus et les moins de votre ville et pays d’expatriation ?

Il y a une grande  énergie en Australie. A l’image des USA, c’est un pays où on sent que tout est possible. C’est une population que je qualifierait de très optimistes. On s’aperçoit dès les premiers jours que la famille tient une place importante, voire la toute première, dans la vie des gens et cela se ressent au quotidien.

L’unique point noir de la ville de Perth auquel je pense c’est qu’elle est quelque peu isolée des autres sur le continent. Cela ne nous dérange pas trop personnellement mais certains expats le mentionnent parfois. L’avion devient alors le meilleur moyen de découvrir le reste du Pays.

Pour réussir son intégration, quel est le meilleur conseil que vous puissiez donner aux nouveaux expatrié(e)s ?

Il ne faut bien évidement ne pas rester isoler et tout faire pour entrer en contact avec les autres. Tant sur le plan privé que professionnel. L’énorme avantage d’être en contact avec des gens tous les jours dans son travail, c’est que vous pourrez remplir votre carnet d’adresses. Cela est excellent pour la construction de votre réseau.

N’oubliez pas de socialiser grâce aux activités culturelles et sportives. Le bénévolat est également à prendre en considération avec comme triple bénéfice : une bonne action – la pratique de l’anglais – l’extension de votre réseau. La collocation est également une excellente solution qui permet de rencontrer des australiens, mais aussi d’autres expatriés du monde entier.

// VOTRE QUOTIDIEN D’EXPATRIE

Illustration d'un soleilCôté professionnel, est-il facile de trouver du travail et y-a-t’il beaucoup de différences avec la France ?

L’univers du recrutement en Australie est bien différent de celui qui existe en France. Les entreprises font majoritairement appel aux agences de placement pour trouver des candidats.  Comme expliqué, avoir un bon réseau est indispensable car les australiens fonctionnement énormément sur recommandation.

On s’aperçoit que depuis quelques temps le pays fait désormais attention à son immigration. De fait, il devient plus compliqué pour les expatriés de trouver un emploi. C’est d’autant plus le cas à Perth où les offres s’adressent très majoritairement aux ingénieurs. Il faut donc bien préparer son dossier de candidature, être en mesure d’indiquer des références (si possible en Australie), parler de vos réalisations, oser insister auprès  des agences de recrutement et ne pas avoir peur de communiquer en anglais.

Il faut savoir que l’ouverture d’esprit dans l’univers professionnel australien est unique. Malgré la décontraction des employés, tous conservent une attitude très professionnelle.  L’une des différences notable quand vous travaillez pour une grande entreprise australienne, c’est qu’il y a peu de barrières hiérarchiques comme en France. Vous pouvez aisément communiquer avec vos collègues, vos supérieurs, ou bien encore avec vos directeurs. Le vice est même poussé au point qu’il peut arriver qu’après 17h votre boss vous invite à boire une bière en toute décontraction. Autre exemple, le tailleur pour les femmes n’est pas imposé tous les jours. On vous fait confiance pour vous habiller en fonction des situations de l’entreprise (accueil d’un client, réunions à l’extérieur…).

Une dernière chose à propos du travail : les français ont la réputation d’être des râleurs. Nous en sommes même tous bien conscient. Oubliez cette attitude et transformez-la en quelque chose de positif. Mettez en valeur les points positifs d’une idée même si vous n’êtes pas ok.

Avez-vous conservé vos habitudes alimentaires ?

C’est en fait assez variable. Nous cuisinons toujours à la française mais nous avons aussi fait l’effort d’essayer les spécialités locales.

Inutile de vous dire qu’il est impossible de terminer la semaine sans organiser un bon barbecue avec les amis. C’est devenu un rituel. Une vraie religion pour les locaux au point que les parcs publics et de nombreuses plages sont équipés de barbecues au gaz en libre accès. Généralement composé de brochettes, entrecôtes, côtelettes ou saucisses, nous faisons aussi des barbecues de fruits de mer, de saucisses de crocodiles. Est-ce que nous en faisons également avec du kangourou ? Désolé, mais oui !

Stéphanie est devenue une experte dans la préparation du Damper, un pain traditionnel australien. Elle se régale à préparer des Biscuits Anzac, et moi à les déguster durant plusieurs jours car ils se conservent très bien.

Parlez-nous de l’offre culturelle et des loisirs proches de chez vous.

La liste est longue mais en résumé voici mon top 5 :

  • La Swan Valley pour ses vignobles – Située à l’Est de la ville, il est possible de s’y balader en vélo.
  • La plage de Cottesloe Beach – C’est le lieu idéal pour se relaxer, pique-niquer et y déguster une glace.
  • Le Kings Park et son jardin botanique – Plus de 400 hectares de grands espaces rien que pour vous.
  • Le port de Fremantle – Il y a un beau marché avec des produits locaux.
  • L’île de Rottnest – On y observe des baleines franches australes et des baleines à bosse.

Le système de santé répond-il complètement à vos attentes ?

Oui, le système de santé en Australie est de très bonne qualité et le pays dispose d’ hôpitaux bien équipés avec un personnel hautement qualifié. Le coût des soins médicaux reste cependant élevé et une assurance complémentaire est plus que conseillée.

L’équivalent de la Sécurité sociale en France ici s’appelle Medicare. Mais seuls les australiens et les résidents permanents ont accès et les frais dentaires et les médicaments en sont exclus.

Maison sur l'eau dans la région de Perth en Australie
Le hangar de Crawley Edge est situé sur la Swan River à Crawley à Perth

Est-ce qu’il est facile de pratiquer du sport dans votre ville/région ?

Le sport se pratique sur tout le territoire australien dès la plus jeune âge. Cela est même considéré comme une institution nationale !

L’offre est abondante à Perth : surf, randonnées, golf, cricket, kitesurfing… Il y en a pour tous les goûts et tous les profils. Je conseille aux étudiants de visiter le site de l’University of Western Australia (UWA) qui proposent une offre très riche d’activités sportives.

Globalement trouvez-vous le niveau de vie plus ou moins cher qu’en France ?

Comparé à Nice la vie est bien plus chère à Perth. La contrepartie à cela c’est bien entendu la qualité de vie qui correspond à ce que nous recherchions.

Avez-vous une anecdote concernant votre quotidien d’expatrié(e) ?

Plutôt une information qui nous a surpris quand on nous l’a annoncé : le français est la 1ère langue étudiée en Australie Occidentale ! Un argument supplémentaire pour ceux qui s’interrogent encore sur une éventuelle expatriation dans la région.

// VOS RACINES

Illustration d'un coq aux couleurs de la FranceVous est-il déjà arrivé d’avoir “le mal du pays” ?

Le sud de la France nous manque parfois car nous y avons nos souvenirs, nos familles et nos amis. Nous savions qu’au début de notre expatriation cela risquait d’être occasionnellement difficile, mais aujourd’hui notre pays d’adoption nous apporte tout ce que nous aimons dans la vie et “le mal du pays” est nettement moins prononcé. Je pense qu’on ne tourne jamais totalement la page sur ses origines.

Avez-vous conservé des contacts avec la France et à quelle fréquence y retournez-vous ?

La distance ne nous permet pas d’y retourner autant que nous le voudrions. C’est la France qui vient régulièrement à nous avec la visites de proches qui se font une joie de découvrir notre vie à l’australienne.

Malgré la distance, vous sentez-vous toujours concerné par la politique en France ?

Nous ne sommes pas très portés par la politique en général.

Qu’est-ce qui vous manque le plus de l’hexagone ?

La beauté de l’arrière pays niçois et les bonnes bouffes avec les copains d’enfance. Stéphanie c’est plus sa famille qui lui manque.

// CONCLUSION

Avez-vous d’autres projets d’expatriation ?

Aucun pour le moment.

Si vous deviez choisir un tout dernier conseil pour les futurs expatriés français, lequel serait-il ?

Renseignez-vous bien avant de vous lancer puis foncez. L’expatriation c’est une expérience merveilleuse et tellement enrichissante.

// VIDEO : PERTH

Découvrez la ville de Perth en vidéo grâce à ce court reportage proposé par le voyagiste Expedia (en anglais).

Vidéo sur la ville de Perth (Australie)

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top