/
Interview Expat : Elodie à Sydney (Australie)

Interview Expat : Elodie à Sydney (Australie)

Elodie expat française à Sydney en Australie - French Radar
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Londres, Budapest, Sydney… Depuis toujours cette jeune française aime vivre de nouvelles cultures, rencontrer de nouvelles personnes et voyager à travers le monde

Au compteur de ses voyages pas moins de 17 pays y sont déjà inscrits. Qui dit mieux ? Titulaire d’un Master marketing et e-commerce, Elodie est actuellement en PVT à Sydney où elle travaille pour une agence digitale marketing. French Radar a voulu en savoir plus sur cette Serial Expat Française.

// Introduction

Tout débute en novembre 2013, quand cette jeune française est partie vivre à Londres dans le cadre du programme Leonardo (remplacé par le programme Eramus+). Durant ses 6 mois au Royaume-Uni, Elodie ne comptait bien évidement pas se limiter à la capitale britannique, et en a donc profité pour visiter plusieurs villes prestigieuses : Brighton, Cambridge, Oxford et même Dublin en Irlande.

Développant peu à peu un goût prononcé pour les voyages, les 4 années suivantes notre aventurière a alors dévoré les kilomètres en enchaînant de nombreuses visites touristiques à travers l’Europe : Milan, Florence, Pise, Cinque Terre, Barcelone, avant de décider en 2015 de poser ses valises à Budapest pour y effectuer un V.I.E de 2 ans dans le secteur du tourisme.

C’est désormais à Sydney au sud-est de l’Australie, (Nouvelle-Galles du Sud), qu’Elodie vit et travaille pour une agence digitale marketing. Rencontre.

// PRESENTATION

  • Prénom : Elodie
  • Age : 29 ans
  • Situation familiale : Célibataire
  • Profession : Digital Marketing Manager
  • Pays et Ville d’origine : France > Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)
  • Pays et ville d’accueil : Australie > Sydney
  • Nombre d’années en expatriation : Pratiquement 4 années

// AVANT VOTRE EXPATRIATION

Flat icon drapeau australienQu’est-ce qui vous a amené à vous expatrier en Australie ?

A la base, je partais en Australie en PVT pour voyager pendant un an et sortir de ma zone de confort. Finalement, une fois sur place j’ai trouvé un travail dans mon domaine d’activité (digital marketing) et mon employeur a proposé de me sponsoriser pour obtenir un visa de travail temporaire (valable jusqu’à 4 ans).

Les formalités ont-elles été compliquées à remplir ?

Obtenir le PVT (Permis Vacances Travail) est une démarche très facile. Il suffit de faire sa demande en ligne sur le site de l’immigration, de remplir un formulaire et payer les frais. Pour obtenir un visa de travail, la démarche est bien plus compliquée : Il faut faire traduire tous les documents français comme par exemple les diplômes, il faut passer un test d’anglais, fournir un justificatif de casier judiciaire, etc.

Carte de l'Australie avec un point rouge au niveau de Sydney
L’Australie, sixième plus grand État du monde

Comment c’est déroulé votre déménagement ?

Très simplement et légèrement : Un sac à dos de 60L et un autre de 20L et c’est parti pour de nouvelles aventures. En vrai, j’ai dû racheter des vêtements à Sydney lorsque j’ai obtenu le travail car je n’avais qu’une paire de tongs, t-shirts et shorts !

// AU COURS DE VOTRE EXPATRIATION

Illustration de l'opéra de Sydney - French RadarEst-il facile de se loger à Sydney ?

Il est plutôt facile de trouver un logement mais tout dépend de la période, des quartiers, du prix… En général, il faut entre 5 et 10 visites pour trouver son bonheur.

Votre intégration a-t-elle été rapide et vous êtes-vous facilement adapté à votre nouveau pays ?

L’intégration n’est en fait pas aussi facile qu’on l’imagine. Pour ma part, les gens que je rencontre ne restent en général que quelques mois à Sydney avant de repartir pour de nouvelles aventures ailleurs en Australie, ou dans le monde.

Avez-vous des amis locaux et quels sont vos conseils pour se lier d’amitié avec eux ?

L’intégration avec les locaux n’est pas particulièrement facile non plus, mais comme partout dans le monde. Les locaux ont leurs amis et famille à proximité, donc il est assez difficile de se lier d’amitié avec eux. Pour rencontrer des australiens, je vous conseille de pratiquer des activités sportives. Par exemple, inscrivez-vous dans une salle de sports, rejoignez des clubs de sports (foot, running, etc..), mais le mieux est encore d’aller surfer (cela est très cliché mais ça fonctionne généralement très bien !).

Vue aérienne de la ville de Sydney en Australie
Port Jackson, aussi appelé Sydney Harbour

Travailler pour une entreprise Australienne, est-ce vraiment différent par rapport à la France ?

Oui, c’est assez différent, mais je suppose que cela dépend aussi du type de l’entreprise et de sa taille. Pour donner un exemple, les australiens ne prennent qu’une courte pause de 30 minutes max devant leur ordinateur le midi. Rares sont donc les pauses déj’ à l’extérieur ou les pauses café avec les collègues.

Quels sont les changements dans la vie de tous les jours qui vous ont le plus marqué ?

Les gens sont extrêmement respectueux en Australie. Ils patientent les uns derrière les autres à l’arrêt de bus, il n’y a pas de vol (ou presque pas), ils marchent tous à gauche, il y a très peu de fumeurs…

Quels sont les + et les  – de votre pays d’expatriation ?

Les points positifs, je dirais le cadre de vie et les activités extérieures. A Sydney, la météo est vraiment agréable. Il fait souvent beau et assez chaud pour être en t-shirt dehors en journée même l’hiver. J’apprécie aussi toutes les activités extérieures comme faire des randonnées en montagne ou marcher le long de la côte, courir autour d’un lac, faire du paddle, du kayak, nager, surfer…

Les points négatifs sont pour moi la distance avec la France et mes proches (vraiment pas facile à supporter parfois) et la difficulté à se faire des amitiés de longues durées en Australie.

// VOTRE QUOTIDIEN D’EXPATRIEE

Elodie à Sydney (Australie) devant l'Opéra HouseQue faites-vous de votre temps libre ?

Chaque week-end, je pars en balade. Que ce soit à Sydney ou dans les alentours, je pars découvrir des nouveaux coins : balades au bord de l’océan ou dans la baie de Sydney, dans les Blue Mountains ou encore les parc nationaux.

Avez-vous conservé vos habitudes alimentaires ?

Oui plutôt ! Je me fais régulièrement à manger alors je cuisine essentiellement des plats français ou européens : Quiche, pâtes carbo, poulet curry, etc. Mais je dois avouer que ma consommation d’avocats a vraiment augmenté depuis que je suis en Australie.

Quelles sont vos spécialités australiennes préférées ?

Il n’y a vraiment pas beaucoup de spécialités australiennes, alors je dirais plutôt les Tim Tam, les fameux biscuits au chocolat. On y devient très vite accro !

Vue panoramique des Blue Mountains - Cliff Edge - Australie
Les Blue Mountains, destination incontournable des amoureux de la nature

Parlez-nous de l’offre culturelle et des loisirs proches de chez vous.

Malheureusement, de mon point de vue l’offre culturelle à Sydney n’est pas très développée. Il semblerait qu’il soit préférable de vivre à Melbourne pour participer à de nombreux évènements culturels.

Le système de santé répond-il complètement à vos attentes ?

J’ai préféré choisir une assurance santé spéciale expatriée ce qui me permet d’être couverte partout dans le monde (même en voyage). Ce qui n’est pas le cas des assurances australiennes qui sont très chères et pour lesquels il faut ajouter des options pour être mieux couvert.

J’adore courir, alors j’essaye de m’entrainer 1 à 3 fois par semaine dans différents quartiers de Sydney

Quelle place tient le sport dans votre vie et est-ce facile d’en pratiquer dans votre ville/ région ?

J’adore courir, alors j’essaye de m’entrainer 1 à 3 fois par semaine dans différents quartiers de Sydney. Les Australiens sont très sportifs alors il y en a pour tous les goûts ici : club de running, surf, yoga, crossfit, natation…

L’Australie est plutôt isolée sur la carte, mais vous arrive-t-il de voyager dans d’autres pays voisins ?

L’Australie est en effet un pays assez vaste et plutôt isolé oui. Il faut 7h pour se rendre en Asie ou bien 5h vers la Nouvelle Calédonie… Donc pour l’instant, je préfère concentrer mes visites dans les différentes régions qu’offrent l’Australie. J’irai découvrir les pays aux alentours dans un second temps.

Bondi Beach en Australie - French Radar
Bondi Beach, l’une des plus célèbres plages d’Australie

Le mot ou l’expression que vous utilisez le plus souvent ?

Le fameux “No worries” !

Vous avez créé elorunstheworld.com – De quoi est-il question et à qui s’adresse votre blog ?

J’ai créé ce blog pour partager mes voyages solo et bons plans, mes expériences d’expatriation (déjà 3 au compteur : Londres, Budapest et Sydney) et parler de course à pied. Le nom de mon blog m’est venu à l’esprit lors d’une soirée à Budapest en discutant voyage et course à pied avec une copine. Ces deux passions ont littéralement changer ma vie en 2013 et ma façon de voir les choses aujourd’hui. J’espère que mon parcours, mon expérience et mes récits en inspireront d’autres à réaliser leurs propres rêves.

// VOS RACINES FRANÇAISES

Carte de l'Europe avec la France aux couleurs nationalesAvez-vous parfois “le mal du pays” ? Si oui, quel est votre remède pour y remédier ?

Assez souvent oui et surtout lorsque c’est l’hiver en Australie puisque c’est l’été en Europe (#jalousie). Pour y remédier, j’appelle mes parents et mes amis car ça me fait du bien de leur parler. Je regarde des films français ou alors je pars en vacances.

A quelle fréquence retournez-vous en France ?

Depuis que je suis en Australie, une fois par an malheureusement. Idéalement, j’aimerai pouvoir rentrer tous les 6 mois.

Qu’est-ce qui vous manque le plus de l’hexagone ?

Ma famille et mes amis. Vient ensuite le fromage, le vin, les bonnes bières et les apéro en terrasse.

Vous sentez-vous toujours Française et pourquoi ?

Oh oui ! J’aime notre culture et notre savoir vivre.

Van rouge stationné au bord de la plage
Un des nombreux vans qui sillonnent l’Australie

// CONCLUSION

Avez-vous d’autres projets d’expatriation ?

J’aimerai bien vivre un peu partout dans le monde. J’ai déjà vécu 6 mois à Londres, 2 ans à Budapest et maintenant 1 an à Sydney. Sur ma liste, j’ai encore l’Argentine et le Canada.

Et si cette expatriation était à refaire ?

Cette expérience m’a permis de me rendre compte que j’ai besoin de vivre dans un pays plus proche de la France afin d’être plus souvent avec ma famille et mes amis. Alors si c’était à refaire, sachant que la distance est parfois difficile à gérer, je dirais non.

Pour terminer notre interview, les 3 mots qui résument le mieux votre aventure en Australie ?

  • Surprenante
  • Enrichissante
  • Solitude

Envie de suivre les aventures d’Elodie ? Consultez son Blog : Elo Runs The World

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top