/
S’expatrier avec son animal de compagnie

S'expatrier avec son animal de compagnie

Categories : Animaux | Voyages
Chien qui tire la langue dans une voiture avec sa maitresse
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Les conditions pour emmener votre partenaire de jeux à l’étranger sont différentes selon votre pays de destination. Comment bien organiser votre expatriation avec un animal de compagnie ? Réponses dans cet article.

Introduction

Entre les vaccins, les conditions de transport et les règles en vigueur de chaque pays, il y a de nombreux points à ne pas négliger quand on souhaite s’expatrier avec son animal. 

Le tout premier conseil a retenir est qu’il vous faudra débuter les démarches plusieurs mois avant la date de départ envisagée. Cela vous parait quelque peu excessif ? Il n’en est pourtant rien. Si votre animal doit par exemple recevoir un vaccin, certaines inoculations sont exigées jusqu’à 6 mois à l’avance. Le mot d’ordre pour partir en toute quiétude est donc : ANTICIPATION.

Les informations de cet article ne peuvent être exhaustives tant les situations sont nombreuses de part le monde. Toutefois elles devraient se révéler très utiles pour vous mettre le pied à l’étrier dans vos prochaines démarches.

Bilan de santé de votre animal

Shar Pei avec un stéthoscope autours du coup

Avant même de vous lancer dans les démarches nécessaires pour prendre votre animal de compagnie avec vous, il faudra lui faire passer un bilan de santé. Ceci afin de vérifier qu’il soit suffisamment prêt à supporter la durée totale d’un voyage qui lui paraitra, sans l’ombre d’un doute, in-ter-mi-na-ble. Lors de ce bilan, le vétérinaire procèdera à un diagnostique et un certain nombre d’examens seront à réaliser, plus ou moins approfondis suivant l’état de santé global de votre animal. Grâce à son expérience et à des moyens techniques de plus en plus sophistiqués, il pourra détecter d’éventuelles anomalies pouvant révéler une affection débutante ou subclinique (maladie dont les symptômes discrets peuvent facilement passer inaperçus) qu’il est toujours important de détecter le plus tôt possible. Mais nous n’en sommes bien évidement pas là.

Il vous faudra faire le point avec votre vétérinaire sur les différentes vaccinations et en particulier celle antirabique. Le Royaume-Uni, Malte ou la Finlande exigent  un prélèvement sanguin afin de vérifier les anticorps suite à cette vaccination. Des traitements contre les maladies infectieuses et les parasites, comme les tiques, seront à exécuter. Notez qu’en cas de manquement cela peut entrainer un renvoi, une mise en quarantaine ou bien à l’euthanasie de l’animal. Il est donc primordial de respecter les clauses sanitaires des autorités compétentes de chaque pays.

Si la majorité des animaux est plutôt à l’aise lors de déplacements, il y en a toutefois un certain nombre qui en souffre. Et l’âge est un des facteurs qui rendra l’expérience plus délicate. Une visite chez le vétérinaire est donc votre toute 1ère étape.

Le saviez-vous : il existe plusieurs types de médicaments pour faciliter le voyage de votre animal. Ils peuvent agir efficacement sur leur nervosité, leur anxiété, leur tension ou bien pour prévenir les vomissements. D’autres pourront les aider à dormir aussi longtemps que possible. Demandez conseil aux professionnels de la santé animale.

Les documents vétérinaire indispensables

Vétérinaire avec un labrador devant une armoire de dossiers

Comme on peut s’y attendre, tout déplacement d’animaux à l’étranger est strictement règlementé et un certain nombre de documents vous seront réclamés. Le certificat d’exportation, le carnet de santé, le passeport pour animal de compagnie en font parti.  Même si parfois les tatouages d’identification suffisent, abordez  avec le vétérinaire l’identification par micro-puces, surtout si votre animal est né après le 3 juillet 2011. Il pourra également vous assister sur l’ensemble des formalités réclamées par le pays d’accueil.

Adressez-vous aux ambassades et aux services douaniers pour connaitre les conditions exactes d’entrée des animaux. Si l’animal doit transiter par un ou plusieurs pays, vous devrez  vous conformer à la réglementation du ou des pays de transit. A noter que certains pays refusent tout simplement le transit d’animaux. Soyez donc très vigilant et suffisamment renseigné au moment de la réservation des billets.

Des informations générales sur la réglementation pour de nombreux pays sont proposées sur le site web de l’Association Internationale du Transport Aérien (AITA) www.iatatravelcentre.com (en anglais)

Le saviez-vous : Bien que la rage soit présente sur tous les continents, sauf l’Antarctique, plus de 95% des cas humains mortels surviennent en Afrique et en Asie. (source : OMS – septembre 2015 – www.who.int)

Pratique de la quarantaine

Chat dans une cage en quarantaine

La quarantaine est toujours pratiquée dans certains pays et la période n’est plus systématiquement de 40 jours. Elle varie d’un pays à l’autre et peut parfois atteindre 6 mois. Il est donc important de vous renseigner auprès des autorités locales avant de faire voyager votre fidèle compagnon.

Définition : “La quarantaine est l’isolement sanitaire de marchandises, d’animaux ou d’êtres humains provenant d’un pays où il existe un risque de maladie contagieuse”.

Quels sont les tarifs pour cette mise à l’écart forcée ?

Bien qu’obligatoire, pour certaines destinations la mise en quarantaine n’est pas gratuite pour autant. Le propriétaire de l’animal devra s’acquitter de redevances. Ainsi, il lui appartiendra de payer à la structure qui accueille les animaux des frais d’inspection et de dossier, des frais de transport ainsi que des indemnités journalières de séjour. Les tarifs diffèrent d’un pays à l’autre.
A titre d’exemple voici le coût de la quarantaine en Australie par animal (source : agriculture.gov.au) :

  • Admission : AUD$ 33
  • Approbation des documents : AUD$ 30
  • Examen vétérinaire : AUD$ 30
  • Frais d’importation : AUD$ 1200
  • Frais journaliers de séjour (chien ou chat) : AUD$ 29
  • En fonction des cas d’autres frais peuvent s’appliquer, d’où l’intérêt de toujours prendre contact avec les autorités pour vérifier le coût final.

Bon à savoir : certaines quarantaines animalières ne disposent pas d’employés responsables des soins aux résidents. Vous devrez vous y rendre plusieurs fois par jour et gérer les repas de votre animal. En effet, au Japon on vous demandera de prendre vous-même soin de votre fidèle compagnon.

Quels pays appliquent la quarantaine ?

Carton avec des balles représentant les drapeaux de pays

Retrouvez dans le tableau ci-dessous la liste des pays qui pratiquent la quarantaine, accompagnés des liens officiels pour vous permettre d’enrichir votre information.

La règlementation à travers le monde évolue en permanence, il est vivement recommandé de s’assurer que vous déteniez les tout derniers textes en vigueur le jours du transfert.

PaysLiens officiels
Australieaustralia.gov.au (anglais)
Hawaiihdoa.hawaii.gov (anglais)
Hong Konggov.hk (anglais)
Irlandecitizensinformation.ie (anglais)
Japonmaff.go.jp (anglais)
Mexiquegob.mx (espagnol)
Nouvelle Zélandempi.govt.nz (anglais)
Norvègemattilsynet.no (anglais)
Royaume-Uniwww.gov.uk (anglais)
Etats-Uniscdc.gov (anglais)

Prévoir le bon budget

Différentes monnaies étrangères

Au fil des années nous observons que le coût global du transfert des animaux d’un pays à un autre à tendance à augmenter.

Comme il n’y a pas uniquement le coût du transport à prendre en compte, voici quelques exemples de dépenses annexes :

  • Visite chez le professionnel de santé animale,
  • Médicaments,
  • Documents vétérinaire,
  • Documents officiels,
  • Frais de quarantaine,
  • Accessoires de transport animaux (exp. : cage homologuée aviation aux normes IATA…),
  • Assurances,
  • etc.

Il existe des mutuelles pour animaux qui prennent en charge les frais vétérinaires même à l’étranger. Certaines formules remboursent également le coût des vaccinations, voire de rapatriement sanitaire en cas de problème grave.

Le saviez-vous ? Le marché du transport d’animaux est lui aussi en forte augmentation. Au fil des années il se développe et se  professionnalise en  proposant une palette de services plus variés et de meilleure qualité. Cette mutation accompagne de façon logique l’augmentation massive du nombre de personnes qui se déplacent quotidiennement entre les pays.

Et s’il fallait se dire adieu ?

Boite colorée de mouchoirs en papier

Le pays où vous devez vous expatrier n’accepte pas votre animal ? La règlementation en vigueur ne peut s’appliquer à votre cas ? Votre compagnon n’a pas la santé suffisante pour vous suivre dans vos périples d’expatriation ?

Il est vrai qu’il y aura des cas où les expatriés ne seront pas en mesure de prendre leurs animaux avec eux. Que ce soit pour des raisons de santé, de finance, d’environnement, de logistique, de culture ou bien pour toute autre raison. Il faudra donc se rendre à l’évidence et trouver le plus rapidement possible une alternative. Cela ne doit pas être fait au dernier moment afin de prendre sereinement en compte les options qui s’offrent à vous (famille, amis, voisins, petites annonces…) et choisir ainsi la solution qui aura le meilleur cadre de vie pour votre animal.

Il nous semble nécessaire de rappeler que l’abandon est une mauvaise action, passible de poursuites pénales, et qu’il existe d’autres solutions. Prenez immédiatement contact avec le refuge animalier le plus proche de votre domicile qui vous conseillera.

Besoin d’aide ?

Ampoule symbolisant une idée d'aide

Si vous ne vous sentez pas très à l’aise pour faire face à l’ensemble des formalités réclamées, sachez qu’il y a des entreprises privées qui sont spécialisées dans l’exportation ou le déplacement des animaux et qui peuvent vous assister.

C’est le cas de ces 7 sociétés :

Conclusion

Comme vous le voyez, s’expatrier avec son animal de compagnie est une décision qui ne se prend pas sur un coup de tête. Elle demande de l’anticipation, de l’organisation et un vrai travail de recherche d’information. C’est en quelque sorte un petit projet en soit.

De toute façon votre animal de compagnie mérite bien que vous lui décrochiez la lune n’est-ce pas ? Miaou !

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top