/
Expatriation des jeunes diplômés français

Expatriation des jeunes diplômés français

Categories : Actualités | Enseignement
Illustration avec une main et un avion en papier bleu
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Quelles raisons poussent ces jeunes diplômés à s’expatrier, vers quels cieux vont-ils s’aventurer, et quels sont les avantages de ces destinations ?

Introduction

Alors que la conjoncture économique française ne semble pas sortir de la morosité, de plus en plus de jeunes diplômés n’ont désormais plus peur de s’expatrier et tentent leur chance à l’étranger. C’est un fait, une tendance forte. On estime que plus d’un quart des jeunes quittera le territoire français en début de carrière. C’est même devenu un passage quasi obligatoire dans certains domaines et industries. Un premier job à l’étranger ouvrira “forcement” plus de portes au moment du retour en France.

Pourquoi cette envie d’aller voir ailleurs ?

Groupe de 8 personnes souriantes

Différents facteurs peuvent expliquer l’expatriation en masse des jeunes Français. D’une part, l’actuel climat économique relativement difficile limite les embauches des entreprises, et la concurrence entre jeunes diplômés est d’autant plus forte.

D’autre part, la France a un rapport au travail et à ses employés relativement “old school”. Les entreprises demandent toujours plus de diplômes et chose étonnante, de justifier d’expérience que les jeunes ont du mal à se faire. Puisqu’en toute logique, ils arrivent seulement sur le marché du travail et doivent trouver un 1er emploi pour acquérir de l’expérience.

Bien d’autres pays sont beaucoup moins frileux et sont ravis d’accueillir une main-d’œuvre qualifiée et prête à s’investir dans leur mission.

 Selon une étude du Centre d’Etudes et de Recherches sur les Qualifications ( Céreq) de 2014 : 13% des jeunes français séjournent à l’étranger durant leur dernière formation. Le chiffre passe à plus de 70%  pour les étudiants des écoles d’ingénieurs et de commerce.

Il est intéressant de noter que de nombreux jeunes diplômés optent aujourd’hui  pour un contrat de Volontariat International en Entreprise (V.I.E) qui offre un cadre administratif et salarial confortable. Voici les conditions :

  • trouver une entreprise française de rang international agréée par l’État,
  • être ressortissant d’un pays de l’Espace économique européen (EEE),
  • être majeur et avoir moins de 28 ans,
  • être étudiant ou diplômé à la recherche d’un emploi.

Pour votre complète information sachez que l’indemnité mensuelle est d’environ 700 € (fixe) – Et si vous vous expatriez hors une indemnité supplémentaire mensuelle vous est accordée. Son montant dépend du pays où vous êtes affecté et  est varie entre 700 € et 3 700 €.

D’après une étude de la CCI Paris IDF, la durée envisagée d’expatriation en % des jeunes diplômés est :

  • inférieur à 1 an = 11 %
  • entre 1 et 5 ans = 44 %
  • entre 6 et 10 ans = 12 %
  • entre 11 et 15 ans = 5 %
  • pour y faire carrière = 28 %

Vers quelle destination se diriger quand on veut s’expatrier ?

Dessin d'un arbre avec les drapeaux des pays en guise de feuillage

Outre les raisons pragmatiques précédemment citées, une bonne partie des jeunes a également tout simplement envie de partir à l’aventure, d’explorer de nouveaux horizons et de découvrir de nouvelles cultures. Car le cadre de vie est un facteur plus important que le salaire dans le choix d’un nouveau pays.

Si un départ est amorcé sous cet angle, les pays privilégiés par les jeunes diplômés sont majoritairement anglophones et/ou situés en Europe. Le Canada, les Etats-Unis et le Royaume-Uni constituent le top 3 des destinations considérées par les jeunes diplômés.

Les chiffres de l’INSEE pour 2013 indiquent qu’environ 80% des expatriations surviennent entre 18 et 29 ans.

Pour attirer les jeunes à la recherche d’aventure, nombreux pays tentent de les séduire en participant au programme Permis Vacances Travail qui permet d’entrer dans le pays pour une durée de 12 mois, et de pouvoir travailler sur place (très souvent des emplois peu qualifiés) pour financer un séjour. Le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine sont des destinations particulièrement populaires chez les PVTistes.

De même, le savoir-faire français dans les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration est recherché car très reconnu aux quatre coins du globe.

Dans quels pays recrutent les industries ayant besoin de main-d’œuvre ?

Jeune homme dessinant le trajet d'avions dans le monde

Certaines industries sont demandeuses de profils spécifiques et attirent donc les jeunes diplômés français en dehors de leurs frontières. On cherche par exemple des ingénieurs (aéronautique, BTP, énergie, agronomie, biotechnologies…) dans plusieurs régions du monde, aussi bien en Allemagne, qu’en Inde ou au Brésil.

Les entreprises étrangères qui recrutent des employés français le font pour répondre à un besoin spécifique et créent en quelque sorte une offre d’expatriation. En Europe, l’Irlande et les Pays-Bas en sont de très bons exemples. Grâce à une politique fiscale particulièrement avantageuse pour les entreprises, ces pays attirent les sièges européens ou mondiaux de très grandes entreprises, ces dernières recrutant bon nombre de jeunes Français.

Repère : 1 départ sur 10 concerne un jeune de -18 ans, et augmente crescendo avec l’âge avant d’atteindre le palier vers 27 ans.

Malgré des économies plus ou moins stables, et puisque l’anglais est une langue de travail répandue, les pays émergents comme le Brésil, l’Inde et évidemment la Chine restent très attractifs.

Conclusion

Les voyages forment la jeunesse mais on sait désormais qu’ils peuvent également former une carrière. Les jeunes expatriés l’ont parfaitement compris et beaucoup poursuivent l’expérience en décidant de s’installer de manière plus durable dans leur pays d’adoption.

Et vous, êtes-vous prêt pour un nouveau départ à l’étranger ?

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top