/
Estelle Tracy vole au secours de vos papilles francophones aux USA

Estelle Tracy vole au secours de vos papilles francophones aux USA

Couverture du Guide alimentaire d'Estelle Tracy
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Comment s’épargner des heures d’errance et de frustration dans les rayons de supermarchés américains quand on est expatrié francophone ?

Réponse : grâce à l’indispensable sésame “Guide de survie alimentaire aux États-Unis” d’Estelle Tracy bien sûr ! Un must-have pour vous préparer à l’inévitable choc culturel au moment de faire vos courses outre-Atlantique.

Originaire de la région parisienne, Estelle est expatriée depuis juin 2002 dans une petite ville country chic de Pennsylvanie. Au risque de vous surprendre, pour cette chimiste de formation il ne fait aucun doute qu’il est tout à fait possible de bien manger aux Etats-Unis. Oui, mais à condition toutefois de savoir où se rendre et comment s’y prendre. Bonne nouvelle, c’est justement l’objectif de son tout dernier ouvrage.

French Radar a voulu en savoir plus sur cette amoureuse de myrtilles et de chocolat dont nombreux expats francophones parlent sur les réseaux sociaux. Et si la recette secrète d’Estelle pour avoir autant de succès auprès de notre communauté ce n’était finalement pas tout simplement l’amour du partage et de l’entraide ? Interview Expat’ avec Estelle Tracy.

Portrait d'Estelle TRACY, auteure française expatriée aux USAPour les lecteurs de French Radar qui ne vous connaissent pas encore, qui est Estelle Tracy et quel est votre parcours ?

Qui je suis, en voilà une bonne question ! Je porte plusieurs casquettes et, pour simplifier, disons que je promeus le bon aux États-Unis, à travers un livre, le Guide de survie alimentaire aux États-Unis  et d’une communauté Facebook, Bons plans gourmands aux États-Unis. Pendant longtemps, j’ai aussi alimenté un blog de cuisine, Le hamburger et le croissant.

Après un diplôme d’ingénieure chimiste décroché en France, j’ai quitté la région parisienne pour faire un VIE (Volontariat International en Entreprise) en Pennsylvanie en 2002. Je pensais retourner en France à la fin de ma mission mais la rencontre de mon mari américain a changé mes plans. Nous vivons aujourd’hui avec nos enfants dans une petite ville country chic à 1 heure de Philadelphie.

Qu’est-ce qui vous a décidé à vous expatrier aux USA et vous souvenez-vous de vos premières impressions à votre arrivée ?

La nécessité. Je n’avais jamais rêvé des États-Unis mais j’ai décroché mon diplôme deux semaines après le 11 septembre 2001, une période difficile pour les candidats à l’emploi. J’ai postulé à plus de 80 offres et la seule qui a donné suite était un VIE de 16 mois en Pennsylvanie. J’ai dit oui.

Poignée de myrtilles

Depuis la première publication du Guide de suivie alimentaire aux États-Unis en 2015, vous êtes devenue une incontournable référence pour la communauté française aux USA. Comment est née l’idée de cet ouvrage très utile, et à qui est-il destiné ?

Merci ! L’idée du guide est née en 2004 de trois billets de blog dans lesquels je décryptais des produits laitiers et de pâtisserie américains. J’en avais rassemblé le contenu dans un fichier PDF de 12 pages offert en téléchargement gratuit. Ce petit guide a rapidement trouvé son public qui m’a encouragée à en élargir la portée. C’est une ancienne collègue qui m’a poussée à retravailler le guide, ce que j’ai fait en avril 2015.

Le Guide de survie alimentaire aux États-Unis, c’est aujourd’hui 52 pages de repères, de conseils et de bonnes adresses pour bien manger aux États-Unis. Au menu, produits laitiers et de pâtisserie, mais aussi viande, œufs, chocolat, pommes de terre, survivre à la première sortie au restaurant et bien plus encore.

Retrouvez dans le guide des repères, des conseils ainsi que des bonnes adresses pour bien manger aux Etats-Unis

Guide de survie alimentaire aux USA d'Estelle TRACY, auteure française expatriée aux USALes expatriés français aux Etats-unis ont largement répondu favorablement à votre campagne de financement sur Kickstarter. Le but de cette opération était de vous aider à financer la sortie de la 3ème édition de votre guide. Comment s’est passée cette aventure et qu’est-ce que cela vous inspire ?

Mener une campagne Kickstarter est un sacré défi. Contrairement à Indiegogo, Kickstarter ne permet au créateur du projet de toucher les contributions que si sa campagne est financée à 100%. Grâce à ma communauté et aux partages sur les réseaux sociaux, j’ai heureusement atteint mon objectif de campagne en 17 jours au lieu de 30. Cela a été une belle validation de mon travail et, surtout, un vrai soulagement. En récoltant 140% de la somme initiale, j’ai pu enrichir le guide d’illustrations qui n’étaient pas originellement prévues dans la 3ème version.

Mener une campagne de financement participatif représente beaucoup de travail mais l’exercice permet de gauger l’engagement de sa communauté et la viabilité de son projet. Cet automne, plusieurs personnes m’ont dit être prêtes à participer à une nouvelle campagne, ce qui me remplit de confiance pour mes futurs projets.

Qu’elles sont les nouveautés de la 3ème version du “Guide de suivie alimentaire aux Etats-unis” et comment optimiser son utilisation lorsqu’on arpente les supermarchés américains ?

Pour commencer, la mise en page de la troisième version été réalisée par une graphiste professionnelle, Marie-Charlotte Yao avec qui j’avais déjà collaboré sur un autre ouvrage. J’ai réalisé cette version du guide en tenant compte des réponses de 50 lectrices et lecteurs à un questionnaire. Pour répondre à leurs attentes, nous avons donc inclus plusieurs illustrations, notamment celles représentant les différences entre les coupes de bœuf américaines et françaises, et migré le tableau de conversion en fin d’ouvrage. Nous avons aussi inclus 2 pages de notes. J’ai entièrement ré-écrit le dernier chapitre pour répondre aux questions des lecteurs sur la saisonnalité des produits aux États-Unis. Au final, il s’agit vraiment d’une version à l’écoute des lecteurs.

Passionnée de cuisine, Estelle puise son inspiration dans les farmers markets américains.

Vous êtes passionnée de cuisine, auteure culinaire pour des publications régionales comme Edible Delmarva (en anglais) et animez des ateliers de dégustation de chocolat. D’où vous vient cette passion pour la nourriture et où puisez-vous votre inspiration ?

La nourriture est au cœur de nos existences, nous devons nous alimenter (au moins) trois fois par jour ! Cela me parait donc primordial de se soucier de ce qu’on met dans son assiette. J’ai toujours été gourmande et, en venant aux États-Unis, j’ai découvert de délicieux desserts que j’ai eu envie de partager avec un cercle plus large que celui de ma famille et mes amis. L’écriture étant mon mode d’expression de prédilection, j’ai lancé le blog Le hamburger et le croissant.

Au fil des années, mon intérêt s’est tourné vers les personnes qui se cachent derrière nos aliments. J’ai développé une curiosité envers les créatrices et créateurs d’entreprise qui ne disposent pas d’énormes budgets marketing pour faire connaitre leurs produits. Le succès pour moi est de mettre en avant leur travail dans les pages d’un magazine, c’est vraiment la plus belle des récompenses.

Je m’intéresse au chocolat car il y a un grand trou en matière d’éducation des consommateurs. Le chocolat est un aliment familier dont l’origine et la production restent mystérieuses. Le monde du chocolat bean-to-bar est en pleine explosion aux États-Unis et j’y vois là encore l’opportunité de mettre en avant de petits acteurs qui n’ont pas les moyens de faire connaitre leurs produits. Lors de mes ateliers, j’aime surprendre les goûteurs avec des tablettes exceptionnelles mais peu connues.

A propos du guide : “Si seulement je l’avais trouvé il y a 5 ans !”

-Anne-Claire, Californie

Estelle TRACY, Auteure du blog : 37 chocolatesAutre corde à votre arc : 37chocolates.com. De quoi est-il question sur ce blog ?

D’un seul sujet, le chocolat ! Je réponds à toutes les questions que je me posais avant de m’intéresser au monde du bean-to-bar, notamment ce qu’est le bean-to-bar ! J’y publie aussi des interviews de chocolatiers dont j’admire le travail. J’essaie d’y aborder des sujets peu traités par d’autres blogs pour – je l’espère – rendre le chocolat accessible à un cercle de non-spécialistes.

Questions plus personnelles : quel est votre premier souvenir gourmand aux USA et êtes-vous plutôt chocolat blanc, chocolat au lait ou bien chocolat noir ?

Je me souviens encore de mon premier dîner aux États-Unis. Mon manager, Chris, m’avait invité à dîner dans un restaurant thaïlandais. J’avais commandé un curry et, en dessert, une crème brûlée. La femme de Chris jugeait alors qu’on pouvait juger la cuisine d’un(e) chef(fe) par sa manière d’exécuter une crème brûlée. Depuis, j’ai compris que les choses simples sont parfois les plus difficiles à réaliser.

En ce qui concerne le chocolat, je les aime tous ! J’aime penser qu’il y a un chocolat pour chaque occasion.

Quel est votre Comfort food, le plat qui vous fait du bien quand ça ne va pas fort ? Est-il français ?

J’adore les frites au ketchup ! L’ironie c’est que je n’aime que celles de Barberet Bistrot & Bakery, un restaurant français à Lancaster, en Pennsylvanie.

Panier de carottes et de légumes divers

Après avoir vécu 16 années aux Etats-unis, qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre vie américaine et qu’est-ce qui vous manque le plus de la France ?

Ce que j’aime, c’est un sentiment de liberté. Ici, je me sens libre d’être moi-même, je ne ressens pas la pression de rentrer dans un quelconque moule. Ce qui me manque, outre la famille, c’est la manière dont la culture imprègne la société française. Le magazine Les Inrocks me manque !

Nous savons que vous travaillez actuellement sur une compilation de recettes de survie. Pouvons-nous en apprendre davantage sur ce nouveau projet prometteur ?

Avec plaisir. Je travaille en effet actuellement sur une compilation de recettes de survie aux États-Unis dont la sortie est prévue le 31 janvier 2018 (pour être notifié de sa sortie, le mieux est de s’inscrire à ma newsletter ou de me suivre sur Instagram. Sur mon groupe Facebook j’ai découvert que nous étions nombreux à chercher les produits avec lesquels nous avons grandi. Seulement voilà, aux États-Unis, la nostalgie a un prix ! En me penchant de plus près sur ces produits, j’ai néanmoins découvert qu’il était très facile et bien meilleur marché de réaliser soi-même certains produits de notre enfance. La grenadine par exemple est obtenue à partir de deux ingrédients : du jus de grenade et du sucre. C’est tout ! Les biscottes ne sont rien d’autre que des tranches de pain de mie cuites. On peut aussi préparer sa tisane réglisse-menthe, son mélange d’herbes de Provence, etc.

Pour conclure cette interview vraiment passionnante en votre compagnie, quelle est votre actualité immédiate et quels sont vos autres projets ?

La sortie des « Recettes de survie » fin janvier 2019, plusieurs ateliers de dégustation de chocolat en février, des rencontres de lecteurs en Pennsylvanie, à New York et au Texas, puis le lancement d’un nouveau blog sur la créativité… entre autres !

CONTACT

Facebook : Bons plans gourmands aux Etats-Unis
Newsletter : Abonnez-vous pour ne rien rater de l’actualité d’Estelle Tracy
Instagram : Estelle Tracy / 37chocolates

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top