/
Dépolluer sa maison par les plantes

Dépolluer sa maison par les plantes

Categories : Immobilier | Santé
Plantes dépolluantes dans des pots blancs au bord de la fenêtre
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Après la santé par les plantes, la régénération par les plantes. Des études ont montré que certaines plantes aident à purifier et régénérer l’air ambiant. Les connaissez-vous ?

Suggestions d’idées vertes pour nettoyer l’air que vous respirez à la maison. Et il en a grand besoin, même en expatriation !

Introduction

Les Indiens et les grands-mères faisaient brûler de la sauge séchée pour purifier l’air et l’assainir des mauvais esprits. Bouquets garnis, sachets de lavande, diffuseurs d’huiles essentielles de Perlipinpin et autres talismans d’herboristes sont depuis toujours utilisés comme alternative aux mauvaises odeurs de la maison. Des herbes, fleurs et plantes qui sentent bon. Des parfums d’intérieur à aura plus ou moins saine.

D’un point de vu scientifique et suite à la demande de la NASA (USA), en quête de solutions efficaces pour épurer l’air des vaisseaux spatiaux, Bill Wolverton a été le premier à étudier, dans les années 1980, le comportement des végétaux vis-à-vis de certains polluants, et notamment le ” formaldéhyde ” les ” Composés Organiques Volatils ” (COV) et le ” monoxyde de carbone ” (CO).

Les polluants domestiques : le danger venu de l’intérieur

Jeune femme qui respire l'air frais à la fenêtre ouverte

On le sait trop peu, mais l’air des maisons est très souvent plus pollué que celui de l’extérieur. D’après certaines études de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI), il serait même de 5 à 10 fois plus pollué. Ammoniaque, formaldéhydes, acariens, spores de champignons, ozone… la liste des polluants domestiques est longue. Et avec eux surviennent les risques pour la santé des plus fragiles, comme les allergies des enfants, les problèmes respiratoires des asthmatiques, les déclencheurs pour les migraineux etc.

Comment s’en débarrasser ? Le premier et meilleur réflexe est sans doute d’aérer chaque jour son domicile (à condition de créer un couloir d’aération suffisant et que vous n’ayez pas une usine d’épuration dans le voisinage ou des champs avec du lisier fraîchement répandu).

La bioépuration (ou phytoépuration)

Si vous ne pouvez pas ouvrir régulièrement vos fenêtres, une autre solution tout aussi naturelle existe : les plantes. On appelle cela la bioépuration. Oui, il existe même une multitude de plantes très efficaces qui raffolent des polluants précédemment cités..

Le principe de dépollution par les plantes repose sur un échange gazeux. En effet, certaines d’entre elles ont la capacité via leurs feuilles et grâce à leur métabolisme, de capter et/ou de dégrader une partie de cette pollution, tout en émettant par la suite de la vapeur d’eau (processus de transpiration) qui améliore les taux d’humidité et d’oxygène ! On ne remerciera jamais assez la nature. Voici quelques-unes de ces plantes aux vertus fantastiques…


5 plantes d’intérieur pour vous aider à mieux respirer


1 – Le lierre grimpant (Hedera Helix)

Plante dépolluante : Hedera Helix Anita - Lierre grimpant

Vous connaissez sans doute cette plante, que l’on voit parfois pousser dans nos forêts autour des arbres, jusqu’à des hauteurs vertigineuses. Elle est parfaite pour couvrir une grande surface, un mur par exemple. Mais, si vous souhaitez la contenir, faites-la grimper sur un poteau de bois ou de fibre de coco.

Et pensez également qu’il en existe des versions miniatures, comme hedera helix anita, qui resteront sagement posées sur votre bureau sans essayer de coloniser la pièce entière.

Elle saura efficacement vous débarrasser du benzène et du trichloréthylène.

Plante dépolluante : Tradescantia Pallida2 – La misère pourpre (Tradescantia Pallida)

Celle-ci est connue pour être l’amie des mauvais jardiniers : en effet, elle est rustique, au point d’avoir la réputation d’être « increvable », et offre en outre l’avantage d’être facile à bouturer. Elle supporte aussi différentes expositions, avec ou sans soleil (ce qui fait varier sa couleur).

Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle craint tout de même le gel, ce qui en fait une plante d’intérieur parfaite, et préfère les sols bien drainés.

Elle se chargera d’absorber benzène et toluène.

3 – Le ficus (Ficus Benjamina)

Plante dépolluante : Ficus Benjamina

Star indémodable des plantes de bureau, le ficus est lui aussi un champion de la robustesse, facile à bouturer qui plus est. Originaire d’Asie, il aime la chaleur, entre 15 °C et 22 ° C.

Point important, un arrosage par semaine lui suffit. Tâchez d’éviter la lumière directe qui lui serait néfaste, mais ne la placez pas non plus dans l’ombre. Un entre-deux lui est nécessaire.

Votre ficus éliminera pour vous le formaldéhyde, agent chimique commun dans le mobilier.

4 – La langue de belle-mère (Sanseveria Trifaciata)

Plante dépolluante : Sanseveria Trifaciata - • La langue de belle-mère

Malgré son nom repoussoir qu’elle tient de la forme de ses feuilles, plates et pointues, la langue de belle mère est un classique des plantes dépolluantes.

Elles absorbent en effet sans peine le benzène, le formaldéhyde, le trichloréthylène, et le xylène.

Vous pourrez placer sanseveria trifaciata sous la fenêtre sans aucun souci, car elle adore la lumière ! Un arrosage par semaine dans une terre bien drainée lui suffira, c’est une succulente qui se traite presque comme un cactus. Vous pouvez même utiliser de l’eau calcaire, qu’elle supporte très bien !

5 – La fougère (Nephrolepsis Exalta)

Plante dépolluante : Fougère - Nephrolepsis

Cette fougère particulière est originaire d’Amérique. On la trouve fréquemment vendue comme plante d’intérieur, sous le nom de fougère de Boston. Vous pouvez facilement la faire pousser en panier, et donc la suspendre, et occuper des espaces jusque là oubliés !

Elle aime les sols riches et les atmosphères aux alentours de 80 % d’humidité relative. Avez-vous déjà une plante dans votre salle de bain ? Elle se chargera d’y faire disparaitre le formaldéhyde et le xylène. Si vous n’avez pas beaucoup de place, optez plutôt pour le format « mini » avec Nephrolepis exaltata Mini Ruffle, qui maintient des frondes d’un maximum de 10 cm.

N’hésitez pas à multiplier ces plantes, et d’autres encore, dans votre domicile et, pourquoi pas, dans votre bureau. Votre corps vous en remerciera !

Le saviez-vous ?

Si l’air de nos maisons et nos bureaux est si pollué, c’est que nous en sommes responsables !

En effet, c’est à partir du mobilier que se dégagent la plupart de ces poisons. Les bois traités, les bois agglomérés et les panneaux de particules, mais aussi les moquettes, ainsi que les colles permettant leur pose, les tissus d’ameublement, et bien d’autres, dégagent pendant des années du formaldéhyde, autrement appelé méthanal ou formol sous sa forme aqueuse. Il s’agit du polluant le plus courant. Irritant, il provoque irritations des muqueuses, crises d’asthme, des allergies et une sensibilisation de la peau.

Il est également considéré comme un « cancérogène certain » par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC)

À ceci s’ajoutent les pesticides, fongicides et insecticides, mais aussi les produits d’entretien, les vernis, qui sont autant de portes d’entrée pour les produits chimiques dans nos intérieurs….

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top