/
Couverture santé et expatriation

Couverture santé et expatriation

Categories : Actualités | Santé
Illustration assurance santé mondiale
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

En expatriation, les frais médicaux dans certains pays peuvent s’avérer extrêmement coûteux. Travailleur détaché et travailleur expatrié est-ce la même chose ? Y a-t-il un risque d’être radié par la Sécurité Sociale en France ?

Introduction

Selon la durée de la période de votre expatriation, son motif et le pays de destination, vous n’aurez pas toujours la possibilité de voir vos frais de santé pris en charge par une assurance ou une mutuelle sur place. C’est la raison pour laquelle de nombreux expatriés choisissent de souscrire à une couverture santé spéciale expatriés.

Détaché ou expatrié, ça change tout

Jolie jeune afro souriante au bureau

En France, la Sécurité sociale prévoit un statut spécial pour les Français partant vivre et travailler à l’étranger. Elle distingue travailleur détaché (si votre entreprise française vous envoie à l’étranger) et travailleur expatrié.

Tout dépend de la durée de votre séjour. C’est en fonction de ce statut que vous serez considéré par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie en France.

Si vous êtes travailleur détaché, vous gardez vos droits et continuez à être affilié normalement. En cas d’arrêt de travail, vous aurez également la possibilité d’une prise en charge par votre caisse d’origine, comme si vous étiez toujours en France. Les formalités à remplir dépendent de votre pays de détachement et doivent être consultées sur les sites de l’Ambassade ou auprès de la CPAM.

Si vous êtes travailleur expatrié, vous êtes automatiquement radié (vous pourrez vous réinscrire à votre retour après un délai de carence) de l’affiliation à la Sécurité sociale. Vous devenez alors affilié au régime de votre pays d’accueil, auquel vous devrez adhérer s’il y a lieu. Si votre pays de destination est dans l’Union européenne ou en Suisse, remplissez le formulaire E104 de la CPAM, qui vous permettra de bénéficier sans attendre à votre arrivée des prestations d’assurance santé publique du pays d’accueil.

Notez qu’en fonction du pays où vous vous rendez, l’accès aux soins sera plus ou moins facile. Selon le cas, notamment dans les pays en voie de développement, il est conseillé de souscrire à une assurance santé privée pour pouvoir obtenir un niveau de soins acceptable et des consultations libres.

Liens utiles sur Ameli.fr :
Vous êtes travailleur expatrié à l’étranger
Vous êtes travailleur détaché à l’étranger

Caisse française à l’étranger ou assurance privée

Globe terrestre miniature avec un pansement

Dans le cas de l’expatriation, vous avez également la possibilité de souscrire à la Caisse de Sécurité sociale des Français résidant à l’étranger (CFE). Vous devrez toutefois tout de même cotiser au régime du pays de résidence s’il est obligatoire. Vous bénéficierez d’un remboursement de vos frais de santé sur la base des tarifs et grilles françaises. Nonobstant vos frais réels sur place. En ce cas, à votre retour en France, vous n’aurez pas de délai de carence pour réintégrer vos droits au régime général.

Autre option, certaines mutuelles proposent une assurance « au 1er Euro » : vous serez intégralement remboursé, pour chaque Euro dépensé (associe donc régime général et mutuelle complémentaire).

En cas d’arrêt de travail, d’invalidité ou de grossesse, il vous faudra vous renseigner sur les conditions de prise en charge proposées à destination. Elles peuvent varier considérablement d’un pays à l’autre, voire ne pas exister du tout ! Songez à souscrire à une assurance prévoyance incapacité et invalidité complémentaire.

Avant le départ, informez votre CPAM de votre intention de quitter le territoire et pour obtenir les formulaires de radiation ou de changement de situation. Pensez également à contacter la Caisse des Français de l’Étranger, pour connaître vos droits. Enfin, n’hésitez pas à comparer les offres d’assurances santé et de prévoyance complémentaire auprès de plusieurs mutuelles ou assurances privées, françaises ou locales. Vous pourrez utiliser des comparateurs de tarifs sur internet, ils sont légion. Comparez les types de frais couverts, les plafonds, les taux de remboursement courant, optique et dentaire, etc.

Sachez que pour adhérer à ces régimes privés, vous devrez remplir un questionnaire de santé et votre état de santé général pourrait influencer la prise en charge ou le tarif. Chaque assureur définit ses tarifs par zone géographique, tranches d’âges ou autres critères spécifiques.

Si la France prend en charge les frais de santé de ses administrés plutôt généreusement, c’est loin d’être le cas dans les autres pays, aussi soyez prévoyant et n’attendez pas d’arriver pour vous laisser surprendre…

Classement mondial des soins de santé

Bill et Melinda Gates

En 2017, la Fondation Bill & Melinda Gates a publié une étude basée sur 25 années de soins de santé, leur qualité et leur accessibilité dans le monde entier.

Elle a classé 195 pays en évaluant les taux de mortalité de maladies pour lesquelles les décès peuvent être évités si le patient dispose d’un accès rapide à des soins efficaces.

Voici une partie du classement :

1er : Andorre
2e : Islande
3e : Suisse

6e : Australie
8e : Espagne

11e : Japon
15e : France
16e : Belgique
17e : Canada
20e : Allemagne

30e : Royaume-Uni
35e : États-Unis

195e : Centrafrique

Les meilleures places sont occupées par les pays européens, les dernières aux pays africains (République centrafricaine, Afghanistan, Somalie, Guinée-Bissau). Les plus belles progressions sont celles de Chine, la Turquie, de la Corée du Sud et du Pérou. Télécharger le rapport (.pdf)

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top