/
Amandine à L.A. et son infinie passion pour les costumes

Amandine à L.A. et son infinie passion pour les costumes

Categories : Culture | Interview Expats | USA
Amandine, expatriée française, costumière à Los Angeles (USA)
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn

Originaire de Perpignan (France), Amandine a construit sa vie entière avec l’unique but de devenir costumière pour l’industrie cinématographique à Los Angeles (USA).

Rencontre émotion avec cette jeune expatriée française dont le talent, le courage et la persévérance ne laisse personne insensible. Même du côté des Etats-Unis.

Une passion viscérale pour les costumes qui a influencé toutes les grandes décisions de sa vie. La plupart des gens passent leur existence à chercher ce qui les rendra heureux. Amandine depuis son plus jeune âge le sait déjà. Rien d’autre au monde ne pourra lui apporter autant de bonheur que d’exercer son métier de costumière. Chapeau bas Amandine !

Portrait Amandine Garcia, expatriée française à Los Angeles (USA)Pour les lecteurs de French Radar qui ne vous connaissent pas encore, qui êtes-vous ?

Je suis Amandine Garcia, j’ai 26 ans et je vis actuellement à Los Angeles aux USA. Je suis née dans le sud de la France à Perpignan, et j’ai grandit avec la passion du costume pour le cinéma et la télévision. Je me souviens du jour qui a changé ma vie. Quand j’étais enfant, ma grand-mère avait l’habitude de m’accompagner à la gare après l’école, pour regarder les gens. Nous nous asseyions sur un banc et nous passions des heures à inventer une vie aux passants. C’était mon jeu favori. Ma grand-mère me disait qu’à travers les vêtements nous pouvions tout deviner de quelqu’un. Voilà comment j’ai commencé à dessiner.

En grandissant, j’ai gardé cette habitude (toujours un carnet de croquis avec moi) de m’asseoir et dessiner ce que les gens portent, imaginer leur vie et leurs personnalités. Je me revois, enfant (pendant un de ces rendez-vous quotidien avec ma grand-mère) être attirée, le cœur battant, par un livre dans le kiosque de la gare. Ce livre, je le garde encore précieusement, car il a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, cette passionnée invétérée pour les costumes. La plupart des gens passent leur vie à chercher ce qui les rendra heureux, moi je le sais déjà, rien d’autre au monde ne pourra m’apporter autant de bonheur.

« Malgré la raison, malgré l’absurdité de l’existence, une force nous pousse à vivre, c’est la volonté. »

Schopenhauer

Cette force inconsciente est nourri par la passion c’est elle qui nous constitue. Ma passion, mon adrénaline, mon obsession est de devenir costumière. J’aime tout de ce métier, de ses inconvénients à ses avantages. Je suis fascinée par tout ce qu’un costume peut signifier.

Pouvez-vous retracer les grandes lignes du parcours qui vous ont orientées vers la profession de costumière ?

Ma passion me suit depuis mon plus jeune âge et j’ai construit ma vie entière avec l’unique but de devenir costumière pour le cinéma à Los Angeles. Cet objectif a influencé toutes les décisions de ma vie : ce que j’ai étudié, où j’ai choisis de vivre, mes rencontres et ceux avec qui j’ai choisis de passer mon temps libre.

J’ai quitté le domicile de mes parents quand j’avais 14 ans pour étudier les arts appliqué, puis ai poursuivi avec une License en psychologie (pour retranscrire la psychologie du personnage dans le costume).

J’ai ensuite décidé de résider à Barcelone où j’ai obtenu avec haute distinction mon diplôme en costume design. Apres avoir travaillé avec l’étonnante costumière Valentina Ducet, je me suis installée à Londres pour continuer à découvrir divers aspect de ma passion.

Après un an en Floride à travailler pour Disney, j’ai gagné la bourse de la fondation de la vocation en France ce qui m’a permis de m’installer à Los Angeles où j’ai obtenue mon diplôme avec mention très bien dans l’école de mes rêves : FIDM. Grâce à cette expérience formidable j’ai eu l’immense chance de faire un stage avec l’extraordinaire costumière Sanja Hays pour le film Captain Marvel.

Après de nombreuses opportunités à travailler pour différentes séries ainsi que court métrage dans les départements de costumes, j’ai l’immense chance de travailler actuellement pour la série Goliath sur Amazon Prime.

Amandine Garcia lors d'une Interview
Interview expat : Amandine Garcia Gonzalez

Plus précisément, en quoi consiste le métier de costumière et est-ce que les françaises qui exercent ce métier ont bonne réputation à l’étranger ?

Le métier de costumière pour le cinéma et les séries télévise, consiste à faire partie de l’équipe créative qui va donner vie au projet d’un producteur. Le ou la costumière analyse la psychologie du personnage pour la retranscrire dans le costume afin d’aider le spectateur à comprendre qui est le personnage sans avoir besoin de parler. Il est fascinant comme les costumes sont une forme de communication universelle, qui peut être compris par tous, indépendamment des différences, sans parler la même langue. Un simple costume peut vous amener à rêver, vous faire voyager, vous transporter dans un autre monde ou un autre temps et retranscrire toute la psychologie du personnage, par le simple pouvoir du langage visuel.

La costumière aide à raconter l’histoire d’un personnage par l’intermédiaire de leurs vêtements, c’est pourquoi il est important qu’elle travaille en collaboration avec toute l’équipe du film. En fonction du projet, elle s’entoure d’une équipe pour son département de costume qui l’aidera à réaliser sa vision. Généralement si c’est un grand projet, elle sera entourée d’une superviseure, d’une assistante, de costumiers qui seront sur le set de tournages, de costumiers qui s’occupent des extras en arrière plan, et d’assistant de production. Si besoin elle s’entoure aussi d’une couturière, et d’une spécialiste en teinture et vieillissement de vêtements.

C’est un métier bien plus complexe que ce qu’il parait, mais qui est passionnant.

Oui les français qui exercent ce métier a l’étranger ont bonne réputation, dans les métiers créatifs vous rencontrez des nationalités du monde entier, c’est très intéressant et très enrichissant.

Mis à part le talent et la maîtrise technique, quelle qualité est-il nécessaire de posséder pour s’épanouir dans votre métier ?

Il est important d’être ingénieux et astucieux, car tout change extrêmement vite dans ce milieu, et il faut savoir constamment s’adapter et trouver des solutions très rapidement. Avoir des notions de psychologie et être empathique sont aussi deux qualités très importantes pour avoir de bons résultats. Il faut aussi avoir l’envie d’apprendre toujours plus, connaître les dernières tendances et technologies, toutes les différentes marques et ce qu’elles peuvent offrir, savoir construire un vêtement, ainsi que faire des recherches historiques.

Tournage d'une série avec les costumes d'Amandine Garcia
Des costumes impeccables

Exercer votre métier aux Etats-Unis, est-ce le pur hasard ou bien un choix dans la suite logique de votre carrière ?

C’est un choix, la majorité de l’industrie cinématographique est aux Etats Unis, les meilleures opportunités sont ici. Pour moi il n’y pas d’autre endroits ou je rêverai de travailler.

Lorsque vous étiez expatriée en Floride, vous avez remporté une bourse offerte dans le cadre d’un concours organisé par la fondation de vocation en France. Cela vous a permis de vous installer à Los Angeles et d’entrer à la prestigieuse école FIDM où vous avez obtenu votre diplôme avec mention très bien. Quel impact sur votre carrière cela a t’il eu ?

J’ai effectivement remporté la bourse de la vocation ce qui m’a permis d’entrer à l’école FIDM. Oh oui, sans le moindre doute, cela a eu un réel impact sur ma carrière. Grâce à FIDM j’ai eu la chance de faire un stage avec l’exceptionnelle costumière Sanja Hays, pour le film Captain Marvel, ce qui m’a permis d’avoir par la suite de très bons contacts.

Illustration de l'affiche du film Goliath sur AmazonAprès de nombreuses opportunités à travailler pour différentes séries ainsi que court métrage dans les départements de costumes, vous collaborez actuellement pour la série Goliath sur Amazon Prime. Parlez-nous de cette expérience et des costumes sur lesquels vous travaillez.

Je ne connaissais pas la série Goliath lorsque j’ai commencé ce job, mais je suis vite devenue addict et cette saison est de loin la meilleure, je ne peux pas vraiment vous parler des costumes car la saison n’est pas encore diffusée mais Lindy McMichael (la costumière) m’a épatée du début à la fin, elle a un talent incroyable et travailler pour elle a été un rêve ! L’équipe de costume est vraiment formidable et je pense sincèrement que les costumes vont vraiment avoir du succès, surtout dans un “épisode très spécial”. Je me suis régalée à être sur le set de tournage ce jour-là. J’ai d’ailleurs réalisé les illustrations de ce spécifique épisode et je me suis tellement amusée.

Existe-t-il une différence pour une costumière que de travailler pour une production audiovisuelle, cinématographique ou théâtrale ?

Oui ce sont des métiers très différents, il faut tout réapprendre !

Pour ne citer que quelques différences, au théâtre les détails d’un costumes sont moins importants car le public est assez éloigné, alors que lorsque c’est filmé, chaque détails compte, il y a très souvent de gros plans etc.… Il faut penser à la continuité car les scènes ne sont pas du tout filmée dans l’ordre.

Il y a des contraintes à prendre en compte lorsque vous réalisez un costume pour le théâtre, par exemple les changements très rapides, vous devez trouver des solutions (parfois des attaches avec du velcro et le second costume est en dessous etc…). Alors que pour le cinéma, les changements de costumes entre les scènes sont bien différents. Vous avez plus de temps. Entre le cinéma et la télévision, il y a aussi beaucoup de différences.

La télévision est un univers où vous avez besoin de travailler très rapidement, car dans certain cas vous n’avez qu’une semaine de préparation, pour tourner deux épisodes. Mais en contrepartie même si pour le cinéma le temps de préparation est plus long, tout doit être plus que parfait car les costumes sont vus sur un écran géant, ce qui veut dire que toute erreur est vue en géant !

Composition artistique d'Amandine Garcia, couturière designer

Parmi toutes vos réalisations, avez-vous un costume fétiche, et parmi tous vos tournages quel est votre plus beau souvenir ?

J’ai adoré chacun des projets dans lequel j’ai travaillé, mais je pense que mon costume fétiche sera toujours celui que j’ai réalisé pour un examen à mon école FIDM. Il s’agissait de créer tous les costumes pour une version réelle du dessin animé Hercules.

Mon plus beau souvenir de tournage ? C’est une question très difficile. J’adore être sur les sets de tournages et voir le costume prendre tout son sens en caméra. Je peux seulement répondre que chaque tournage devient un de mes plus beaux souvenirs. Toutes les costumières avec qui j’ai eu la chance de travailler sont tellement talentueuses, et humainement parlant, sont des êtres exceptionnels. Pour n’en citer que quelques une, Sanja Hays, Lindy McMichael, Lindsay Monahan… que des expériences mémorables !

Vous exercez donc le métier de costumière à Hollywood en Californie, cœur du cinéma américain où est produite la majeure partie des programmes audiovisuels et télévisuels du Pays. Faites-nous rêver en nous donnant quelques noms de célébrités pour qui vous avez travaillé, tous secteurs confondus !

J’ai rencontré Brie Larson, Ken Marino, Sarah Silverman, Nina Arianda, Tania Raymonde (qui parle parfaitement le français), William Hurt, Casey Affleck, Billy Bob Thornton…

Amandine Garcia Gonzalez

Qu’est-ce que vous diriez aux jeunes qui pourraient être intéressés par l’exercice de votre métier ?

Je leur dirais que c’est un métier de passion. Je n’exagère vraiment pas sur ce mot, c’est un univers difficile avec beaucoup d’inconvénients, des journées qui peuvent durer 16 heures, parfois pas de week-end, parfois de très mauvaises conditions, beaucoup de stress. Ce n’est pas du tout le côté glamour d’Hollywood.

Mais si vous êtes passionné alors tout ça vaut la peine, parce qu’il n’y a rien de comparable, ce métier vous apportera plus de bonheur et de satisfaction que quoi que ce soit d’autre.

J’espère vraiment pouvoir avoir la chance un jour de travailler sur un projet cinématographique qui se tourne dans les mythiques studios WB

Votre rêve le plus cher aujourd’hui ?

Mon rêve le plus cher n’a pas changé depuis mon enfance : vivre à Los Angeles, être une costumière pour le cinéma et la télé. Puis un jour, travailler pour la Warner Brother ! Chaque semaine, je me rends dans leurs studios pour accéder à leur « Costume House ». C’est le lieu où sont entreposés l’ensemble de leurs costumes qui peuvent être louer. Ma réaction est la même à chaque fois, je suis envahie de frissons et de papillons dans le ventre. Un vrai bonheur ! J’espère vraiment pouvoir avoir la chance un jour de travailler sur un projet tourné dans ces mythiques locaux.

Contact

LinkedIn / Instagram

Sélection de la Rédaction

Scroll to Top